Archive

Archive for novembre 2007

Les délires d’Annapolis ont démarré

29 novembre 2007 Laisser un commentaire

 

La conférence internationale de "paix" au proche-orient a commencé hier comme prévu par la diplomatie américaine depuis des semaines. Les premières déclarations sont ridicules et ne représentent rien de nouveau :

Les libanais réclament la région des fermes de Sheba, territoire actuellement syrien pris par les israéliens après la victoire défensive contre l’armée syrienne ;

Les saoudiens réclament que les "réfugiés" palestiniens aillent s’installer en Israël, un pays qu’ils haïssent et qu’ils n’ont jamais habité, dans le seul but d’obtenir la majorité démographique ;

Les américains veulent voir naître un nouvel état arabe pour apaiser les pays musulmans exportateurs de pétrole ;

Et enfin les arabes palestiniens veulent Jérusalem partitioné mais "ouvert" (encore une prouesse verbale islamique) et l’intégralité de "Gaza et la Cisjordanie". Non seulement ces deux territoires ne sont pas contigüs mais surtout il n’ont jamais été gouverné par des palestiniens car incapables de gérer quoi que se soit.

Certains officiels de l’AP doutent même complètement de la possibilité de sortir un accord à l’issue des négociations.

Quand à Ehud Olmert, le premier ministre israélien, ne comptons pas sur lui pour sortir une phrase profonde. Son esprit est bien trop occupé avec les 4 mises en examen qu’il a subit en un an pour corruption et incompétence. Pendant ce temps, nos amis évangélistes (3 organisations installées à Jérusalem) demandent à l’administration Bush de ne pas brader Jérusalem ou de le partitionner. Il est incroyable que des chrétiens soient plus attachés à la capitale éternelle des juifs que le gouvernement israélien lui-même.

Wait & see. Dommage que la droite israélienne ne préfère pas le slogan "do something before it is too late".

Catégories :Anciens posts

Les cérémonies laïques sont des masquarades religieuses

25 novembre 2007 Laisser un commentaire

 

Avez-vous déjà assité à un mariage civil ? à une passation de pouvoir gouvernemental ? à des fêtes populaires dans un centre "communautaire" ?

Prenons comme exemple le mariage. Quels sont les éléments clés d’un mariage religieux ? qu’est-ce qui fait qu’un mariage dans une synagogue ou une église est un acte religieux ? Voici une liste non-exhaustive qui vous feront immédiatement penser à l’aspect religieux du mariage :

  • Les deux mariés et leurs familles respectives derrière eux
  • La musique solennelle
  • La présence d’un officiant dans sa tenue traditionnelle
  • Le speech de l’officiant mentionnant :
    • le sacré des liens du mariage
    • l’engagement entre les epoux
    • la fameuse réponse à la question "voulez-vous prendre pour époux…etc ?"

Maintenant repensez au mariage civil auquel vous avez assisté. Alors, copie conforme de l’office religieux ? Oui : l’adjoint au maire remplace le rabbin, la menorah disparaît au profit du drapeau français, les inépties du code civil remplissent ridiculeusement les bénédictions millénaires et profondes en hébreu.

Le mariage civil est une masquarade dégoulinante de bons sentiments, une copie illégale et honteuse (l’ouverture au couple du même sexe) au mariage religieux, qui a même l’audace de le remplacer devant la loi. Les mêmes observations peuvent être faites pour toutes les cérémonies civiles et laïques. Mais la prochaine fois qu’un proche "passe devant le maire", pensez à dire au guignol en écharpe tricolore deux mots sur son inutilité et expliquez lui gentillement votre dégoût de l’expropriation du mariage par l’Etat.

Catégories :Anciens posts

N’ayons pas peur de l’islamisation de la France

24 novembre 2007 Laisser un commentaire

 

Loin de moi l’idée de convertir le pays. Les derniers chiffres parlent de 3 à 6 millions de musulmans français ou étrangers vivant en France. 3 millions est sans doute le nombre d’adultes se réclamant de l’islam, et 6 millions le nombre de total de sympathisants de près ou de loin, adultes et enfants.

La France a mis près de 200 ans pour passer du catholicisme au laïcisme : 1789 à 1968. Elle mettra quatre fois moins de temps pour passer du laïcisme au communautarisme. Le catholicisme sera définitivement relegué à quelques dates calendaires dont la majorité des français ne connaissent plus le sens et aux enterrements. 9 français sur 10 choisissent des obsèques religieuses, dont au moins 7 catholiques. Les gens ont trop peur de la mort pour complètement abandonner Dieu.

Un juif n’a que faire que la majorité des français se prétende chrétienne, catholique, athée, laïque ou musulmane. La seule importance est que les lois protègent nos communautés et laissent aux juifs une certaine autonomie. Elle doit être suffisante pour garantir les règles de la cacheroute (le label "Casher/Kosher") et la liberté de culte selon le calendrier hébraïque.

L’islam est beaucoup plus proche du judaïsme que le christianisme (contrairement à ce ceux que les libéraux et gauchistes rabâchent sans cesse). Le clergé musulman est identique en tous points au clergé juif : les imams et les rabbins sont des guides spirituels, leaders de prières, officiants et autorités légales. Ce dernier point est vraiment remarquable : dans la forme, les fatwas sont identiques aux lois rabbiniques. L’islam (lit. "soumission à Dieu") régie toute la vie d’un musulman et se mèle donc au politique. Comme la Halakha juive. L’islam est un état-nation, le judaïsme une religion nationaliste.

Un islam républicain, où les lois anti-religieuses (ex: inderdiction du foulard et de la kippa) seraient bannies et les accommodations (ex: cantine scolaire Halal et Casher) plus nombreuses, serait du pain béni pour les communautés juives. Attention, le système actuel d’un judaïsme centralisé et surveillé par le gouvernement français n’est pas nocif, bien au contraire ! Il a permis une intégration des juifs français avec un succès sans précédent dans le monde occidental. Qui aurait cru en la réussite sociale des sépharades dans les années 60 et 70 ? Mais la sécularisation de la société et la radicalisation de l’orthodoxie juive réduit la voix du CRIF d’année en année.

Que l’islam devienne la première religion de France. Au moins, les juifs pourront se vanter de vivre dans un pays vraiment monothéiste. Après tout, quelle différence y’a-t-il entre un romain se prosternant devant la statue d’une "déesse" et le même quelques siècles plus tard devant la statue de la "vierge Marie" ?

Catégories :Anciens posts

Comment être sur que quelquechose est vrai ?

18 novembre 2007 Laisser un commentaire

 

Rabbi Moshe Ben Maïmon (aka Maïmonides ou RaMBaM), le grand sage qui a vécu en Espagne au 12ème siècle, nous a laissé une réponse à cette question que l’on s’est tous posée un jour. Une affirmation est vrai si :

  • On en fait l’expérience personnelle (méthode scientifique = l’observation)
  • Il existe une preuve rationelle (méthode scientifique = la démonstration, la reproductibilité d’un résultat)
  • Elle provient d’une autorité de confiance

Vous aurez compris que c’est le point #3 qui pose problème car il soulève une autre question : qui est une autorité de confiance ? Maïmonides était un rationaliste, amateur d’Aristote, mais un fervant croyant. Il n’avait aucun problème avec l’existence de Dieu (le seul pouvant créer l’univers et l’homme) ou l’origine divine de la Torah. La parole de Dieu enregistrée dans le Tanakh et le Talmud était donc vrai car provenant d’une autorité de confiance.

Maïmonide ajouta cependant que si un enseignement biblique contradisait la science, alors il fallait le réinterpréter. En effet, la parole d’un Dieu parfait ne peut contredire les lois de la nature qu’Il a lui-même créer. Logique, diront certains, encore fallait-il l’écrire il y a 800 ans.

 Rabbi Moshe ben Maimon

Catégories :Anciens posts

La réalité démographique : conclusion ?

18 novembre 2007 Laisser un commentaire

Une guerre déclenchée sur les grandes villes de Judée et Samarie permettraient de faire encore réduire la proportion d’arabes. Sur la Palestine mandataire brittanique, les arabes ont obtenus un état et demi : la Transjordanie à l’est du Jourdain et les territoires "palestiniens" à l’ouest. Avec la création d’un état palestinien et une minorité arabe importante en Israël à l’intérieur des frontières de 48-67, les arabes auraient deux états et demi là où ils ne devraient en avoir qu’un seul.

La seule solution est un état arabo-musulman à l’est du Jourdain et un état juif et démocratique à l’ouest. Gaza serait sous contrôle palestino-egyptien. Les arabes de Judée et Samarie seront expulsés à la suite de l’échec programmé de la conférence internationale de paix au Moyen-Orient qui va se tenir dans deux semaines à Anapolis, Maryland, USA. Jérusalem restera la capitale éternelle d’Israël. Amman sera la capitale palestinienne et Israël devra renverser la monarchie hashémite illégitime si elle veut que les palestiniens s’y installent définitivement.

Catégories :Anciens posts

La réalité démographique

18 novembre 2007 Laisser un commentaire

 

Bennett Zimmerman est un homme heureux. Car il sait qu’ils nous ouvrent les yeux sur la réalité démographique en Terre d’Israël. Les arabes de Cisjordanie ne seraient pas 2.5 Millions mais seulement 1.5 Millions.

C’est que la démographie est centrale dans le confilt judéo-arabe. Le momentum actuel, adopté comme un dogme papal par les travaillistes et le centre politique israélien, est que les arabes se reproduisent vite. Tellement vite, qu’afin de ne pas se retrouver en minorité dans la "région" (comprendre entre le Jourdain et la Méditerranée), les juifs doivent pousser les arabes à former un état comprenant, plus ou moins, Gaza, la Samarie et la Judée.

Cependant, depuis le retrait (presque) complet de la bande Gaza, Israël s’est séparée de 1.5 millions d’arabes ayant élu un parti ayant pour seul but la destruction d’Israël. Il ne reste donc que la Samarie, la Judée et les quartiers arabes de Jérusalem-Est. Ces terres bibliques doivent revenir aux juifs dans un Etat Juif et Démocratique car les arabes ont montré qu’ils étaient incapables d’y faire respecter l’ordre et la justice. Mais les gauchistes ont depuis longtemps rejetter cette idée, préférant vivre dans une bande maritime large d’à peine 10 kilomètres… la silicon valley d’Alice aux pays des merveilles.

Pourquoi les autorités "palestiniennes" gonfleraient-elles leurs chiffres ? Pour avoir un poid politique plus important. Dans les années 80, Arafat a réussi à faire gober au gouvernement israélien et à l’occident que les arabes seront bientôt majoritaires entre la Méditerranée et le Jourdain. C’est bien sûr avant qu’un million de juifs de pays du bloc soviétique arrivent en Israël et que la natalité arabe chute.

Personnes inxéxistantes mais gain politique bien réel

Israël avec la Cisjordanie et le Golan mais sans Gaza, telle que les nationalites-religieux l'envisagent de plus en plus.Alors quelle est la réalité démographique ? Israël peut-elle conserver la "Cisjordanie" sans se libaniser ? Oui, répond Zimmerman. Les autorités statistiques palestiniennes ont largement enflé les chiffres, exagéré les taux de natalité et sous-estimé l’émigration vers Israël et le continent Américain. Ils ont même osé compter les "palestiniens" vivant à l’étranger depuis plus d’un an ainsi que les arabes de Jérusalem-Est qui sont, eux, déjà compter comme résidents d’Israël. Quand aux démographes israéliens, poussés par leur agenda politique de retrait des territoires "palestiniens", ils ont sous-estimé la natalité juive dans leurs prévisions.

Les nombres de naissance de mères juives a augmenté ces dernières années passant de 80,500 en 1995 à 110,000 en 2006. Ainsi les juifs représentaient seulement 2/3 des nouveaux nés en Israël, mais ils atteignent désormais les 3/4. Ceci est du à une convergence des taux de natalités juifs et arabes (le premier augmente légèrement, le second baisse rapidement). La peur d’être envahi par les arabes à l’intérieur même d’Israël disparait avec un secteur juif représentant 75% des naissances. De plus le nombre d’enfants désirés par tous les segments de la population juive est supérieur à 3. La hausse modérée de la natalité devrait donc se poursuivre, à l’inverse de ce que prévoyait l’ICBS (Israel Central Bureau of Statistics).

 

 

Quelques chiffres

Palestinian Central Bureau of Statistics VS. American-Israel Demographic Research Group :

Région

Population fin 2006

Commentaires

Etat d’Israël Juifs = 5.6 M
Arabes musulmans = 1.2M
Arabes autres = 0.3M
Chiffres officiels de l’ICBS.
Dans la catégories "juifs" sont inclus les russes issus de mariage mixtes et les populations juives des implantations de Cisjordanie.
Cisjordanie Juifs = 0.4 M (ICBS)
Arabes = 2.5 M (PCBS)
Arabes = 1.5 M (AIDRG)
0.3 M de juifs à l’ouest de la barrière de sécurité.
Le "million person gap" est dû aux inflations démographiques du PCBS et à la non-vérification de leurs données par les israéliens…
Arabes de Cisjordanie Judée = 0.5 M
Samarie = 1.0 M
Jérusalem et banlieue = 0.5 M
Mon estimation en se basant sur les données de Zimmerman et les données officielles arabes.

Chiffres officiels sur la natalité et la fécondité par appartenance religieuse :

Population

Fécondité fin 2006

Commentaires

Juifs 2.7 (moyenne nationale)
4.7 (en Judée-Samarie)
4.5 (orthodoxes)
3.0 (traditionnalistes)
2.1 (laïques)
Le nombre d’enfants par femme en âge de procréer est très élevé dans les implantations autour de Jérusalem et chez les familles les plus religieuses, contrebalançant le taux faible (mais supérieur à n’importe quel pays européen !) des laïques.
Arabes israéliens 4.0 (moyenne nationale)
4.4 (musulmans)
3.0 (arabes de Galilée)
2.6 (druzes)
2.1 (chrétiens)
Les druzes et chrétiens ont désormais une natalité inférieure aux juifs. Peu nombreuses, vieillisantes et bien intégrées, ces populations ne représentent plus un danger pour Israël.
Arabes de Judé-Samarie 4.0 Suit la tendance des arabes israéliens

Projections de l’AIDRG

Par conséquent, Zimmerman et son équipe projette pour 2025 une majorité des 2/3 en Israël + Cisjordanie et une majorité des 3/4 en Israël dans les frontières de 48-67. A l’heure actuelle, les arabes représentent environ 22% de la population israélienne (en incluant Jérusalem-Est).

Nous pouvons remercier les orthodoxes grâce à qui le nombre d’enfants juifs augmentent. De nombreux observateurs commencent d’ailleurs à avoir peur de ce phénomène. Car si le juif laïc représente pour l’instant plus de la moitié de la population, sa part diminue au profit des Masorati (lit. ‘traditionnalistes") et des Haredim (lit. "ceux qui craignent Dieu"). Ces derniers représentent déjà 1 naissance juive sur 3 !

Après 10 ans de projections bidons, l’AP a enfin lancé un nouveau recensement sur ses territoires. Les résultats sont attendus avant la fin de l’hiver et permettront de se rapprocher de la réalité. Espérons qu’Israël aura, cette fois, un regard critique sur la propagande démographique arabe.

Site de American-Israel Demographic Research Group
Rapport démographique au format Powerpoint
Résumé au format Word

Catégories :Anciens posts

Qui d’Israël ou des Etats-Unis frappera l’Iran en premier ?

9 novembre 2007 Laisser un commentaire

 

Les prochaines élections américaine et israélienne sont prévues en 2008. Or, une attaque (réussie) sur un objectif militaire ennemi est un formidable moyen de galvaniser ses troupes et de s’assurer un joli score électoral.

Si les sanctions restent inefficaces contre l’Iran et son gouvernement raciste et bélliqueux, les américains comme les israéliens aimeraient bien en venir à la méthode forte. Bombarder les installations clés iraniennes permettraient, au minimum, de retarder de plusieurs années la "bombe nucléaire islamique". Bien sûr, les israéliens préfereraient voir la puissance de feu américaine s’en charger, alors que les américains verraient plutôt une frappe de Tsahal sous couvert de l’US Army.

La Turquie est la clé, sa position vis-à-vis de l’alliance américano-israélienne sera primordiale. Pour qu’elle aide Israël, il faudra que les américains appuient les turques sur les questions arménienne et kurde. Pas facile de défendre une position moralement intenable (les kurdes méritent un état et les arméniens ont souffert d’un vrai génocide), mais pas facile de rester les bras croisés face à un enturbané nucléarisé.

Une autre solution est de partitionner l’Irak en 3 états : Kurdistan au nord, Mésopotamie au centre-ouest et Etat islamico-shiite au sud-est. L’Etat Kurde sera sous protection américaine à condition qu’il renonce au kurdistan turque et qu’il se concentre sur le kurdistan iranien. La Mésopotamie serait un état arabe sunnite modéré à l’image de la Jordanie. La partie shiite serait donnée en os à ronger aux iraniens avant la frappe aérienne anti-nucléaire. Deux démocraties et une théocratie vallent mieux qu’une fédération en proi à la guerre civile.

Catégories :Anciens posts