Accueil > Anciens posts > Réactions de la chrétienneté face à la renaissance de l’Etat d’Israël

Réactions de la chrétienneté face à la renaissance de l’Etat d’Israël

 

Le dogme catholique présentant l’Eglise et sa communauté des fidèles comme le Nouvel Israël est litérallement nauséabond.

Le catholicime, après 1500 ans de persécutions des juifs, a échoué à établir le "Royaume de Dieu" sur terre. La renaissance d’un état juif en terre sainte est un affront à l’Eglise Catholique. Il remet en cause que Dieu a abandonné les juifs et donc que seuls les hommes qui "croient en Jésus" auraient droit au paradis éternel après la mort.

Un peu d’histoire

L’historien Elie Barnavi fut interviewé par l’Express, dans son édition spéciale du 20 décembre 2007 :

L’Express : Pour vous, le christianisme est-il un judaïsme universalisée ?
Barnavi : Bien sur, c’est l’évidence même. D’où l’opposition entre christianisme et judaïsme : il faut bien tuer le père […]. Chez les pères fondateurs de l’Eglise, il existe une forte hostilité envers les juifs parcequ’ils n’ont pas accepté cette mutation d’une religion tribale en une religion universelle [1]. L’antijudaïsme de l’Eglise est une donnée incontournable, il ne pouvait pas en aller autrement. [..] L’Eglise n’aurait pu ni vivre ni croître si elle ne s’était pas opposée d’emblée au judaïsme [2].

[1] C’est partiellement vrai. Au sein du judaïsme palestinien du 1er siècle de notre ère existait déjà la notion des 7 lois noahides. De nombreux juifs de l’Empire Romain prennaient très au sérieux le fait de faire connaître le Dieu Unique aux païens. Avant la destruction du Second Temple de Jérusalem, plus de 10% des citoyens de l’Empire Romain était juifs (et beaucoup par conversion).

[2] Tout cela rend encore plus excécrable la politique de l’Eglise Catholique qui a volé et usurpé la Bible à des fins politiques. Mélanger le monothéisme moral sans les lois contraignantes alimentaires (la Kasheroute) mais avec les traditions polythéistes greco-romaines a naturellement attiré les foules païennes.

La religion chrétienne change pour ne pas mourrir… de ridicule

Le christianisme a été contraint de se reformer (une seconde fois) sur un point fondamentale de sa théologie : est-ce que les juifs ont encore la faveur de Dieu ? Doivent-ils tous professer la foi "en Jésus" pour être "sauver" ?

La théologie de la substitution (en anglais replacement theology) n’est plus avancée officiellement par l’Église catholique romaine depuis le concile Vatican II et la déclaration Nostra Ætate (1965). Monseigneur Francis Deniau, évêque de Nevers, et président du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme, a déclaré en 2004 :

Aujourd’hui, l’Église a répudié toute "théologie de la substitution" et reconnaît l’élection actuelle du peuple juif, "le peuple de Dieu de l’Ancienne Alliance qui n’a jamais été révoquée" selon l’expression du pape Jean-Paul II devant la communauté juive de Mayence le 17 novembre 1980.

Les protestants anglo-saxons ont désormais également adopté Israël comme le peuple choisi par Dieu pour l’éternité. En témoigne le nombre croissant de chrétiens nord-américains se déclarant zionistes et soutenant l’Etat d’Israël face aux menaces arabes. Selon eux, le retour des juifs en Terre Sainte est le préclude au retour du messie (Jésus dans leurs esprits, of course).

La vieille doctrine de la substition n’est plus tenable, autant moralement que géo-politiquement. La solution de certains fondamentalistes chrétiens est le judaïsme messianique. Sous ce pléonasme ridicule, se cache des groupes d’évangélistes (souvent baptistes) se faisant passer pour des juifs, priant dans des synagogues en hébreu dans le but de faire accepter Jésus au maximum de juifs. Leurs cibles préférées sont les couples mixtes chrétien-juif, ainsi que les jeunes et les personnes agées isolées. Encore une conséquence de l’assimilation des juifs dans une amérique trop chrétienne. Ces messianiacs gonflent leur nombre d’adhérents qui en majorité ne sont pas halachiquement juif. Pour plus d’informations, consultez l’excellent site anglophone Messiah Truth.

Vers une nouvelle alliance ?

La majorité des dénominations chrétiennes (Eglise catholique romaine, grandes églises protestantes américaines et la quasi totalité des églises "libérales"), l’intégralité des courants juifs (rabbinat orthodoxes, conservateurs et réformé/libéral) rejette la théologie de la substitution. Depuis la victoire de la Guerre de Six Jours, juifs et chrétiens voient dans l’histoire d’Israël, l’empreinte de celui "qui parla et le monde fût créé".

Catégories :Anciens posts
  1. Michele
    17 janvier 2008 à 20 h 41 min

    J\’ai trouvé un excellent site qui traite, de ce phénomène qui est le judaisme messianique,
     
    http://sionisme.xooit.com/f145-PROSELYTISME-MESSIANIQUE.htm
     
    Très intéressant…
     
    Cordialement,
    Sylvaine

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :