Accueil > Anciens posts > Monolatrie et Monothéisme

Monolatrie et Monothéisme

 

C’est au 19ème siècle que la critique textuelle et historique de la Bible explosa, d’abord en Allemagne et en France puis petit petit dans le reste du monde occidental. Bon nombre de théories anti-religieuses ont été abandonnées depuis, mais d’autres ont la vie dure…

La monolatrie est l’un d’elle. Un académique allemand du 19ème a créé ce terme le premier : un monolatre vénère un seul dieu, ne dénie pas l’existence d’autres dieux, mais affirme aussi que ces autres divinités ne méritent pas d’être vénérées. Ainsi, les premiers israélites (grâce à Moshe) seraient des monolatres. D’ailleurs la Torah dit : "Vous n’aurez pas d’autre dieux que Moi". C’est bien que les autres dieux existent !

Cette erreur d’interprétation de la Torah est typique des chercheurs européens athés du 19ème siècle. Les israélites, tout comme les autres peuples du moyent orient, ne se définissaient pas par des positions philosphiques comme le font les protestants européens post-Lumières. Les israélites ne vénéraient que le Dieu d’Israel ("El" ou "Adonaï", lit. "Le Seigneur"). Dans le Tanakh, les autres divinités comme Baal ou Asherah ne font jamais rien, elles sont inactives, inutiles et ne méritent pas qu’on les vénère. Comme le célèbre Pr.  W. Allbright l’a écrit, les israélites étaient monothéistes dans la pratique, de facto. Dans un monde où les croyances existaient par milliers, dénier l’existence d’une divinité était absurde. Dans la pratique, il suffisait de la qualifier d’inefficace, voire même de la "tuer" (en exterminant la population qui la vénère).

Le avodah zarah (lit. "l’adoration étrangère", c’est à dire le fait de prier un dieu d’une autre nation) consistait tout au plus à accorder à un objet des pouvoirs magiques, comme le ferait de nos jours une personne portant une patte de lapin autour du cou. Par exemple le culte de l’arbre (la déesse Asherah), était souvent associer à Hashem mais à aucun moment les israélites n’auraient dénier la suprématie de Hashem.

Le Tanakh est justement rempli d’exemples de punitions (souvent collectives) lorsque les israélites ou leurs rois (Shlomo, Omri, etc.) ont vénérés d’autres dieux, et de récompenses lorsqu’ils se sont consacrés uniquement à Hashem.

L’affirmation que les autres dieux n’existent pas va apparaître au contact de la civilisation grecque et perse, à partir du 6ème siècle AEC. Probablement en réponse au dualisme zoroastrien et au polythéisme effréné des grecs. Les juifs vont alors prendre conscience de l’importance de répandre le monothéisme ethique à travers le monde.

Publicités
Catégories :Anciens posts
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :