Accueil > Anciens posts > Who’s a jew, mate ?

Who’s a jew, mate ?

 

Un tribunal britannique a récemment condamné en appel une école juive publique anglaise qui avait refusé l’admission d’un jeune dont le père est juif mais pas la mère.

Selon la loi britannique, il est interdit de discriminer un citoyen sur la base de son appartenance ethnique. Les institutions scolaires peuvent cependant refuser un élève qui ne se déclare pas appartenir à une certaine religion. Par exemple, un directeur d’école juive pourrait refuser un élève juif se déclarant chrétien mais ne pourrait pas refuser un élève indien qui se déclarerait juif (même s’il n’a jamais mis les pieds dans une synagogue ou parlé un mot d’hébreu).

Le coeur du problème réside dans le fait que la judaïsme est à la fois une ethnie (j’ai un parent juif) et une religion (je pratique le judaïsme). La loi biblique et la tradition enseigne clairement qu’une personne est juive si sa mère est juive, quelle que soit son niveau de pratique religieuse. Un juif apostat peut revenir (“T’shuvah”) au judaïsme sans devoir se convertir. Toute personne honnête peut se convertir au judaïsme et devenir membre de l’alliance à part entière.

La cour de justice dit qu’aucun “test d’ethnicité” ne peut servir de base à l’admission d’un enfant dans une école financée par les fonds publics. L’école peut rétorquer que si la mère se convertissait, selon les critères orthodoxes –c’est à dire des critère religieux !- alors elle pourrait inscrire son fils. La cour de justice n’a pas pris en compte cet argument car sa compréhension de la religion est encore plus étroite : est juif celui qui se déclare comme tel. En d’autres termes, il devient impossible pour une école religieuse publique britannique de refuser quiquonque puisqu’un simple “je suis juif” pendant l’entretien se transforme en joker.

La seule solution serait d’avoir des écoles religieuses non financées par l’argent de l’état, comme aux Etats Unis. Difficile en Europe, où les parents paient justement des impôts plus élevés pour financer l’éducation. Ils seraient alors doublement taxés : n’est-ce pas là aussi une discrimination, une restriction des libertés ?

Publicités
Catégories :Anciens posts
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :