Archive

Archive for septembre 2012

Une raison de plus de refouler les migrants africains et de terminer la barrière de sécurité au Sinaï

24 septembre 2012 Laisser un commentaire
Le caporal Netanel Yahalomi et son père

Le caporal Netanel Yahalomi et son père

Si les arguments démographiques n’étaient pas suffisants, voici une autre raison de ne plus s’occuper des migrants économiques africains sinon pour les renvoyer en dehors des frontières israéliennes.La dernière attaque terroriste au Sinaï, à la frontière israélo-egyptienne, a causée la mort d’un soldat de Tsahal car l’armée était notamment occupé à donner de l’eau aux migrants. Le caporal Netanel Yahalomi avait un handicap physique, ce qui honteusement facilité la tâche des assassins d’un groupe islamique lié à Al-Quaïda.

Quand on sait que l’attaque a eu lieu dans une zone où la barrière de sécurité n’est pas encore achevé, on peut aussi rager contre les gouvernements précédents celui de Netanyahu qui ont trainé les pieds pour construire cet élément de défense essentiel.

Dans le judaïsme, nul n’est tenu de mettre en danger sa vie pour sauver celle d’un autre. L’acte est valeureux et peut représenter un Kiddouche HaShem (sanctification du nom divin) mais n’est en rien obligatoire. En plus, ici, une famille juive est endeuillée pour rien : ce n’est pas le rôle de l’armée de réconforter des migrants illégaux.

Publicités

400 morts et puis s’en vont

23 septembre 2012 Laisser un commentaire

Quatre cents c’est le nombre estimé d’arabes palestiniens (tous civils) tués en Syrie depuis le début de l’insurrection anti-Assad.

A titre de comparaison, c’est à peu près autant que le nombre de civils tués par les forces armés israéliennes pendant la guerre contre le Hamas de 2006 (guerre pour stopper les milliers de roquettes lancés par les gazaouis en Israel) ou pendant la première intifada (terrorisme urbain pour saboter les accords d’Oslo).

Ces deux guerres ont fait l’object d’une couverture médiatique mondiale et continue pendant des semaines pour la première et des années pour la deuxième. Alors que ces 400 arabes tués par d’autres arabes ne sont évoqués par aucun grand média occidental et rejoindront probablement les milliers d’arabes palestiniens tués par leurs voisins libanais et jordaniens depuis 1967.

Catégories :Israel, Processus de paix, Refugiés Étiquettes :

Propagande islamiste ou anti-islamiste ?

20 septembre 2012 Laisser un commentaire

Vu par les médias occidentaux, l’incident parait simple : une magnifestation islamiste protestant un film tourné an anglais ridiculisant le prophète musulman a dégénéré et plusieurs citoyens américains de l’ambassade américaine de Lybie sont morts. Le producteur serait un juif israélien. L’opposition juifs/musulmans rassure, le paradigme actuel est sauvé. Obama trémousse de gêne et Clinton a l’air tellement attristé qu’on dirait qu’elle vient de perdre son chien.

Le petit problème, c’est que cette explication de nos médias fénéants est une lecture tellement superficielle qu’elle en est mensongère.

Voici la vraie histoire.

Il y a un an, un copte naturalisé américain, Nakoula Basseley, tourne un filme en Californie qu’il nomme devant les acteurs « Warrior of sand« . Il se fait lui même passer pour un israélo-américain, Sam Bacile. Le long métrage frôle alors la série Z : décors en cartons, arrière-plan incrusté risible, jeux d’acteurs minables et scénario incompréhensible. En post-production, et à l’insu du réalisateur Alan Roberts et des acteurs, Nakoula fait grossièrement doubler les mots « Mohammed » ou « Prophet » sur certains scènes transformant son film en une parodie de la vie de Mahomet. Le titre est changé en « Innocence of muslims« . Le film aurait été projeté une seule fois à Los Angeles dans l’indifférence totale.

Il y a deux mois, un extrait de 14 minutes (en version doublée offensive) est posté sur Youtube. Un egyptien anonyme va le sous-titrer en arabe egyptien et des chaînes de télévision arabes vont en diffuser plusieurs extraits. On pourrait donc voir là une chaîne d’évènements incontôlés et incontrôlables. Mais les émeutes qui ont conduit à la mort des quatre américains à Benghazi ont eu lieu le…. 11 septembre 2012. Cette date n’est pas anodine, les islamistes attachent énormément d’importance au jour auquel ils décident de lancer un attentat ou une attaque contre leurs ennemis.

Ma version, que j’estime mille fois plus probable que celle ressacée mollement par la presse française, est que, pour galvaniser une magnifestation anti-américaine qui DEVAIT avoir lieu le 11 septembre, il fallait une excuse. Un évènement complémentaire venant resserer les liens des « opprimés » et ameuter un maximum de « révoltés ». Un groupe de musulmans, probablement lié au parti salafiste egyptien qui essaye de se faire une place derrière l’imposant parti des Frères Musulmans victorieux des élections nationales, a cherché et trouvé une vidéo anti-islam, l’a sous-titré et l’a transmise aux médias arabes complaisants.

La prise de l’ambassade US en Lybie et de la safe house adjacente était clairement préparée. Obama sait très bien que des islamistes ont tendu une ambuscade à son personnel et cache mal sa déception. Sa stratégie d’appaisement, qui avait justement commencé par son discours au Caire, est un échec cuisant.

L’ennemi le plus bête du monde

Depuis ce nouveau 11 septembre, des magnifestations ont eu lieu du Maroc au Yemen, et 12 personnes sont mortes (4 par la police, 8 par une bombe islamiste contre des travailleurs étrangers). En France, on a scandé « Mort au juifs » dans une magnifestation pro-islamiste avant de prier en pleine avenue des Champs-Elysées. Une autre, qui a été refusée par la Police, devait avoir lieu devant l’ambassade américaine demain.

Il est juste ahurissant que des groupuscules essayent de démontrer que l’islam n’est pas une religion sanguinaire et ridicule comme présentée dans le film Innonce of muslims en tuant, pillant et hurlant des menaces et des versets du Coran en public.

Ma’ariv devient la propriété d’une société sioniste religieuse

9 septembre 2012 Laisser un commentaire

En Israël, avant l’arrivée d’Internet, le paysage des quotidiens nationaux est occupé par trois journaux :

  • Yediot a’haronot : lit « Les dernières nouvelles », politiquement au centre-gauche, c’est le quotidien le plus vendu en Israël avec 300 000 exemplaires. Quand on compare ce chiffre avec le nombre d’adultes en Israël et le fait que l’édition du dimanche est deux fois plus vendue, on se rend compte à quel point la place de l’info écrite est importante en Israël ;
  • Ma’ariv : 160 000 exemplaires diffusés le soir d’où son nom signifiant « [Nouvelles] Du soir » ou « Soirée ». Il est le plus à gauche des quotidiens nationaux.
  • Ha’aretz : lit. « Le Pays », 75 000 exemplaires, à gauche politiquement et très élitiste, il a longtemps été le deuxième le plus lu en terre sainte ;

Avec l’arrivée d’Internet, Ha’aretz et Ma’ariv ont beaucoup soufferts de la concurrence de sites de news et de Yediot qui fut le seul à avoir bien pris le virage numérique. Mais c’est surtout l’apparition du gratuit « Yisrael HaYom » (lit. « Aujourd’hui en Israël ») qui a détruit l’oligopole.

Edité par  Sheldon Adelson, proche de la droite israélienne, HaYom offre une lecture plus nationaliste des évenements et surtout plus en phase avec l’opinion de la majorité des israéliens. Avec 275 000 abonnés (350 000 le dimanche) et une couverture de 32% de l’électorat, HaYom se dispute avec Yediot la plus de numéro un.

C’est dans ce contexte que Nochi Dankner, chairman de Discount Investement Corporation et propriétaire de Ma’ariv a vendu ses parts à Shlomo Ben-Tzvi, éditeur de Makor Rishon, le premier journal nationaliste religieux d’Israël. Grâce à cette accord, le quotidien n’est plus menacé de disparaitre (Dankner souhaitait supprimer la version papier et ne garder que la version en ligne !) mais les licenciements devraient se poursuivre, des transferts de personnel de Ma’ariv vers Makor Rishon auront lieu dès la signature définitive de l’accord.

Ma’ariv sera donc de plus en plus à droite ou disparaitra si les ventes restent aussi faibles.

Les arabes israéliens commettent deux fois plus de crimes et délits que les juifs israéliens

5 septembre 2012 Laisser un commentaire

Les arabes israéliens représentent 20% de la population totale israélienne mais 40% des criminels et délinquants en 2010, il s’agit en majorité d’hommes majeurs récidivistes. Surpris ?

Notons aussi qu’un mineur sur quatre condamné en Israel est un arabe palestinien de Judée-Samarie. D’ailleurs d’après la même étude menée en face à face et en langue arabe, moins d’arabes d’Israel que d’arabes des territoires palestiniens accepteraient de donner leur fille en mariage à l’autre communauté. Un arabe israélien sur six ne souhaite même pas vivre dans ou près d’une communauté palestinienne.

Catégories :Israel Étiquettes : , ,