Accueil > Israel, Netanyahu, Processus de paix > Premières analyses à froid sur la 19ème Knesset

Premières analyses à froid sur la 19ème Knesset

Les réformes attendues

Tout futur gouvernement sait quels sont les sujets sur lesquels les israéliens souhaitent avancer :

  • Haredim : l’entrée plus importante des religieux dans le marché du travail et dans l’armée, une fiscalité plus juste envers les classes moyennes et plus dur envers les plus riches ;
  • Oligarchie/cartels : casser ces grands groupes familiaux ultra-puissants et ouvrir à la concurrence plus de secteurs économiques pour faire baisser les prix ;
  • Système politique : réformer la représentativité parlementaire en faisant par exemple élir au suffrage direct universel une partie des députés israéliens ; limiter le nombre de ministres et leurs budgets ;
  • Processus de paix : même si les sondages israéliens montrent qu’ils ne croient pas du tout à un accord possible avec Abbas (qui vient de déclarer lors d’une interview au Liban avoir des preuves sur les liens entre les sionistes et les nazis avant la seconde guerre !), ils souhaient malgré tout que le gouvernement essaye. Sans doute pour montrer au monde qu’ils sont pro-paix… Les israéliens sont par contre conscients du bien fondé de la construction à Jérusalem et dans les grandes villes juives de Judée et Samarie ;
  • Iran : la majorité des israéliens prend au sérieux la menace et souhaite qu’on maintienne la pression et la menace d’une frappe militaire sur les installations nucléaires des mollahs shiites.

 Les coalitions possibles

Au vue de ces sujets, je résume les alliances ainsi :

  • Une coalition de droite et de religieux : impossible voir Q&A plus bas
  • Une coalition de Kadima à Shas conviendrait à l’ensemble des chefs de partis intronisés mais donnerait à Lapid la possibilité de faire tomber le gouvernement si les choses ne tournent pas comme il le souhaite. On peut cependant contrer cette éventualité en sachant que même sans le centre, Netanyahou a la majorité absolue grâce aux haredim. C’est mon pronostic.
  • Une coalition large allant de Livni aux haredim serait le rêve de Netanyahou. Elle lui permettrait de ne dépendre de personne et donc de faire passer chacune des réformes avec la majorité requise. Netanyahou fut expert dans ce jeu politique ces quatre dernières années.
  • Une coalition resserrée de centre-droit de Kadima à Bayit Yehudi serait idéologiquement cohérente, à l’exception du devenir de la Judée-Samarie où un Feiglin (Likoud) et un Ariel (Bayit Yehudi)  ne seront jamais d’accord avec Mofaz (Kadima) ou Lapid… sans parler d’Obama qui vient d’être réélu !
Knesset du 22 janvier_2013 coalition Droite et religieux

Knesset du 22 janvier_2013 coalition Droite et religieux

Knesset du 22 janvier_2013 coalition centre-droit

Knesset du 22 janvier_2013 coalition centre-droit

Knesset du 22 janvier_2013 coalition union nationale sans la gauche

Knesset du 22 janvier_2013 coalition union nationale sans la gauche

Knesset du 22 janvier_2013 coalition Kadima à Shas

Knesset du 22 janvier_2013 coalition Kadima à Shas

Q&A

Q: Pourquoi Netanyahou insiste tellement sur la présence de Shas ?
A: Car il lui est indispensable sur le dossier palestinien et iranien où Binyamin a la bénédiction de Rav Obadia Yosef. Malgré l’agitement de certains, Netanyahou n’est pas pressé de reprendre mais ne veut surtout pas faire croire à Obama qu’il n’a pas envie de négocier avec Abbas. Cette ligne très étroite a été sa politique pendant 4 ans et il n’y a aucune indication qu’elle changera dans son prochain gouvernement.

Q: Pourquoi Lapid accepte de rentrer dans un gouvernement dirigé par Bibi ?
A: Car il est de droite ! Même s’il prétend représenter le centre et la majorité des israéliens, ces idées sont plutôt à droite politiquement : Jérusalem unie, liberté économique, fiscalité progressive mais faible et incitative, soutien aux grandes communautés de Judée-Samarie (mais démantellement des petites ou en cas d’accord de paix), etc.

Q: Si Netanyahou a 62 députés avec les religieux et sans le centre, pourquoi s’allier avec Lapid ?
A: Car ignorer le vote des israéliens ayant voter au centre (23% environ) c’est garantir sa mort politique d’ici la prochaine élection. C’est aussi se rendre prisonnier des demandes de Shas et de Bayit Yehudi, c’est à dire continuer à exempter d’armée les étudiants en yeshiva et construire massivement en Judée et Samarie. Les conséquences pourraient être la perte définitive du précieux soutien américain dans les organisations internationales. Et on ne peut écarter l’idée que Bibi s’est gauchisé avec le temps comme le fondateur du Likoud Ariel Sharon il y a moins de dix ans.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 28 janvier 2013 à 21 h 35 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :