Accueil > Géopolitique mondiale, Théologie > Les manifestations, le niveau zéro du lobbying

Les manifestations, le niveau zéro du lobbying

La guerre à Gaza continue de faire rage (18 soldats israéliens morts à l’heure où j’écris ces lignes, que H. garde leurs âmes au Gan ‘Eden) mais ce blog n’est pas un « live blog » remplis d’info tweetées. Je m’efforce d’analyser les évènements à postériori.

Pourquoi manifeste-t-on ?

A l’heure où de nombreuses manifestations « pro-palestiniennes » (en réalité anti-juives) se tiennent en France et partout dans le monde, je me questionne sur leur utilité. A quoi sert une « manifestation », une « marche » ou un « rassemblement » ?

Les manifestants manifestent pour être vu. Lorsqu’un rassemblement est privé, l’objectif est alors d’échanger des informations ou de prendre des décisions à l’abri de toute pression et oreille extérieures. Lorsque les médias modernes parlent de « manifestations », nous parlons bien d’un évenement public se tenant souvent dans la rue. L’objectif est qu’un maximum de personnes voient la manifestation afin d’être touché par son message voir même convaincu. Autre effet recherché : montrer aux gouvernants que tel ou tel sujet touche ses citoyens.

Avant la télévision

Avant les médias de masse, une manifestation n’avait d’intérêt que si la mobilisation était importante. Il fallait qu’un maximum de non-manifestants voient un maximum de manifestants. On comprend alors qu’en dehors de crise majeure, les manifestations étaient rares et de mauvaises augures pour les dirigeants en place.

Après la télévision et internet

Avec la généralisation de la presse écrite puis de la télévision et d’internet, même une manifestation de petite ampleur peut être vu par tout un pays. L’objectif n’est plus d’être vu dans la rue mais d’être vu par les médias. Pourtant toutes les manifestations se déroulent toujours dans la rue et souvent sur des places historiques ! C’est un paradoxe facilement expliquable : la « manifestation » est devenue une « démonstration ». L’objectif est désormais de démontrer aux médias qu’on est capable de mobiliser un grand nombre de personnes. D’où l’importance capitale du dénombrement des manifestants.

Les relations avec la presse et la capacité des organisateurs à relayer leurs messages en ligne sont donc les clés de la réussite. Une petite manifestation très bien couverte par la presse et sur internet est préférable à un mouvement massif absent des journaux télévisés et de twitter. D’un mouvement populaire, la manifestation est devenue une opération commerciale. Les arguments sont des phrases chocs telles des slogans publicitaires, sa préparation une promotion telle celle d’un blockbuster d’Hollywood, et sa couverture est une campagne médiatique telle celle d’un candidat politique.

La Manif pour Rien

Au final, les manifestations sont aujourd’hui d’une utilité négative : elles ne permettent pas le débat, ne mesurent pas l’opinion publique et ne permettent pas aux manifestants de se faire une opinion fiable sur le sujet. J’estime que leur impact sera de plus en plus limité et ne tient plus qu’à la fainéantise de nos journalistes et de bon nombre de nos concitoyens occidentaux abreuvés d’actualités futiles.

Pirké Avot (« Maximes de nos Pères ») recommande de s’éloigner des politiques. Je vous recommande de fuir également les manifestations.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :