Archive

Posts Tagged ‘Benjamin Netanyahu’

Si l’occident frappe la Syrie, frappera-t-elle Israël ? [MIS A JOUR]

8 septembre 2013 Laisser un commentaire
English: Bashar al-Assad official portrait by ...

Bashar al-Assad portrait by Carlos Latuff

Cette question est sur toute les lèvres et les récentes déclarations ne sont pas optimistes !

27/8 : Netanyahu warns Israel will respond ‘fiercely’ if it sees any attempt of a Syrian attack

28/8 : Hezbollah: If Assad is threatened, we will hit Israel

28/8 : Israel will hold Assad responsible if Hezbollah attacks

29/8 : Iran commander: US strike on Syria will mean the ‘imminent destruction’ of Israel

Tout va probablement dépendre de l’intensité des frappes et de la capacité des américains à faire comprendre à Assad qu’une riposte empirerait son sort. Bashar est obsédé par son image de chef militaire, puisque contrairement à son frère et son père, il n’a jamais été un gradé militaire. A mesure que l’état syrien s’enfonce dans la guerre civile, massacrer d’innocents citoyens lui pose de moins en moins de problème. Il faut donc que l’intervention des occidentaux lui fasse peur personnellement et que Tsahal gonfle au maximum ses muscles afin d’éviter des tirs de roquettes syriennes sur Israël « à la Saddam ».

H » Ya’azor

EDIT du 8/9/13 :

5/9 : Report: US strike on Syria to be ‘significantly larger than expected’

6/9 : Report: Hezbollah preparing to defend Damascus, strike Israel if Syria situation worsens

6/9 : Report: US intercepts Iranian order to attack American interests in response to Syria strike

8/9 : Assad: Syria’s allies will retaliate in response to US strike

 

Publicités

Les travaillistes israéliens sont toujours dans le déni de la réalité

1 mai 2013 1 commentaire

La Ligue arabe a déclaré par la voix du ministre des affaires étrangères quatari, qu’elle acceptait l’idée d’un échange de territoires entre israéliens et arabes palestiniens.

La ligue arabe et le secrétaire américain aux affaires étrangères, John Kerry

Le député Ben Elizer du parti travailliste israélien, tout excité après cette annonce, a affirmé que son parti était prêt à remplacer Bayit Yéhoudi, le parti des sioniste-religieux, dans le gouvernement de Netanyahu. Quand à Ya’himovich, la leader de l’opposition, le Jerusalem Post reprend ses propos ainsi :

The proposal fits with the « Clinton Outline » that Labor supports, Yacimovich explained in an interview with Israel Radio, and would give Israel « extra points » in the world if the government would accept it.

Premièrement, l’idée de « land swaps » est une belle supercherie sémantique. Aujourd’hui les palestiniens contrôlent la zone A de la Judée-Samarie (10%, urbain) et Israël la zone C (40%, plutot rural). La zone B est sous contrôle mixte bien que l’état d’Israel interdit aux juifs de s’y rendre (trop dangereux !). La position arabe est, depuis 1967, le retrait total d’Israël de Judée-Samarie. Aujourd’hui, les arabes acceptent l’idée qu’Israël en garde un peu en échange de terrains de même taille à l’ouest de la ligne « verte » d’armistice de 1949-67.

Il n’y a donc aucun échange, aucun « swap ». Les arabes réclament toujours la même chose, c’est à dire 100% de la surface de la Judée-Samarie, terres ancestrales du peuple juif, reconquis dans une guerre défensive en 1967 et abandonnée par la Jordanie en 1988. C’est un changement de tactique politique, tout comme essayer de détruire Israël par la création d’un état palestinien à l’ouest du Jourdain (idée totalement inconcevable avant 1974) plutot que par la guerre.

Omer Bar-Lev, Benjamin Ben-Eliezer and Shelly Ya’himotich. Photo by Moti Milrod for Haaretz

Deuxièmement, les travaillistes croient encore au père noël de la communauté internationale. L’idée qu’on octroie des « points » parce qu’Israël obéit à la communauté internationale est incroyablement encore défendue au sein de la gauche israélienne. Olso, Olso II, Camp David, Taba et Annapolis ont tous échoué. La solution de la gauche israélienne ? En faire d’autres. C’est un peu comme si un homme se casse le bras, prend un aspirine, puis dix, puis cent avant d’être obligé d’amputer son bras, puis de conclure : « j’aurais du prend plus d’aspirine ». Comme le disait Einstein : « La folie c’est de faire toujours la même chose et d’attendre un résultat différent à chaque fois ».

Interview de personnalités pro-annexation de la Judée-Samarie

Yehouda Shenav

Yehouda Shenhav

Extrait extraordinaire de cet interview de Yehouda Shenhav faite par Haaretz datant de 2010 mais toujours d’actualité :

In my book I quote Uri Elitzur, who says, ‘You [the left] expelled the Palestinians in 1948, did not allow them back, established settlements on all their villages and afterward built the separation fence, and then you come to us with complaints, even though we have not destroyed even one village in the West Bank – not even one – to build a settlement. The 1967 paradigm is intended to make it possible for the left to live in Tel Aviv and feel good about itself […]

Le début de l’interview concerne un certain Moshe Arens :

The speaker is from the Betar movement, a former top leader in Likud and political patron of Prime Minister Benjamin Netanyahu and a former defense and foreign affairs minister – Moshe Arens.

Attention, cet article peut vous faire changer radicalement d’avis sur le sujet !

Composition du nouveau gouvernement

Ministres du gouvernement israélien du 19 mars 2013

Ministres du gouvernement israélien du 19 mars 2013

En bleu les ministères prestigieux et en jaune ceux importants mais un cran en dessous.

Ministres adjoints israéliens du 19 mars 2013

Ministres adjoints israéliens du 19 mars 2013

Quelques remarques personnelles essentielles :

  • Le Likoud conserve tout ce qui touche à l’armée, la sécurité et les relations avec l’étranger ;
  • Yesh Atid est clairement positionné sur les thèmes « sociaux-économiques ». A double tranchant, car si l’économie va mal, Lapid sera désigné coupable rapidement.
  • Bait Yéhoudi obtient le contrôle du rabbinat (pour faire avancer le sionisme-religieux en lui et place de l’ultra-orthodoxie des haredim), du commerce, et des constructions de logements en Judée-Samarie (même si Netanyahou reste le véritable valideur du cadastre) ;
  • Bennet est probablement le grand vainqueur car il répond à toutes les promesses électorales de Bait Yéhoudi tout en apparaissant comme un modéré qui a permis la réconciliation de Lapid et Netanyahou tout en détachant ce dernier de son alliance avec Shas (principal parti haredi et allié du Likud depuis deux décennies).

La construction de la coalition gouvernementale a commencé

20 février 2013 Laisser un commentaire

Avec des jours de tractations, de réunions entre représentants des partis politiques, de petites déclaration aux médias et de rumeurs adroitement glissées, la première vrai nouvelle sur la constitution du prochain gouvernement est enfin tombée.

Tzipi Livni et son parti HaTénou’a sont les premiers à rejoindre Netanyahou.

Non vous ne revez pas.

Elle sera ministre de la justice, comme au temps de Sharon en 2004-06. Elle sera responsable des négociations avec les arabes, comme au temps de Olmert en 2006-09. Bref, de grandes expériences ouvrant la voie à des réussites prometteuses…

Déception à droite

Bien évidemment, l’ensemble de la droite israélienne est outrée et doit subir, une fois de plus, la trahison de son chef. Livni n’a fait campagne que sur un seul thème : un accord de paix avec les palestiniens, et n’a obtenu que six sièges sur 120. A peine plus que le parti communiste arabe anti-sioniste, Hadash. Mais, c’est elle que Netanyahou a choisi, pourquoi ?

Les Haredim, plutôt que les jeunes prometteurs

Netanyahou ne veut pas du couple Lapid-Bennet. A eux deux, leurs partis Yesh ‘Atid (centre) et Bayit Yehoudi (droite, sionistes-religieux) ont exactement le même de députés que Bibi, soit 31. A trois, ils auraient formé une courte majorité mais Netanyahou redoute plus que tout que l’un deux quitte le gouvernement et pousse à des élections prématurées. Il est prêt à tout pour conserver son poste le plus longtemps possible et l’a montré depuis son grand retour en 2009.

Netanyahou préfère l’alliance de 36 ans que le Likoud a avec Shas car les haredim le laissent faire ce qu’il veut en matière diplomatique et sécuritaire.

Knesset du 22 janvier_2013

Knesset du 22 janvier_2013

Les coalitions potentielles au 20 février 2013

Il ne fait plus aucun doute que Shas sera le prochain à rejoindre Bibi. Les trois leaders du parti séfarade avaient déjà déclaré avant les élections qu’ils souhaitent rester au gouvernement si le Likoud l’emportait, comme tous les sondages le prédisaient. Un récent rapport cité par Channel 10, donne Yishai, ministre de l’industrie, Attias, ministre des affaires sociales , et Deri, ministre de l’eau et de l’énergie.

Ensuite je vois deux scenarii :

  • 68 députés : Likoud+Livni+Kadima+Haredim+Bayit Yehoudi.  Mofaz et Yahadout haTorah joignent naturellement le gouvernment car ils sont tous deux idéologiquement identiques à, respectivement, Livni et Shas. Bennet pourrait difficilement prendre le risque de se faire doubler par Yesh ‘Atid ou ‘Avoda (travaillistes). Lapid peut plus facilement refuser et dirigier l’opposition en attendant son heure.
  • 80 députés : Likoud+Livni+Shas+Bayit Yehoudi+Yesh ‘Atid. Lapid et Bennet finissent par trouver un accord avec Netanyahou et forment avec Shas une large coalition que j’estime la plus probable. Aucun des partis ne peut renverser seul le gouvernment. Sans Livni, Netanyahou ne pourrait pas se protéger du départ de Lapid et donc d’être ostraciser par les occidentaux comme un gouvernemnt trop à droite. Livni est la Barak de 2013.

Est-ce que la droite a perdu les élections au profit du centre ?

28 janvier 2013 Laisser un commentaire

Les médias israéliens et internationaux ont majoritairement souligné la supposé victoire du centre et semi-défaite de la droite à cause des 19 sièges gagnés par un nouveau parti centriste et les 11 sièges perdus par l’alliance Likoud-Yisrael Beitenou.

Cependant, une analyse plus fine par bloc montre que le centre a en réalité perdu du terrain au profit du la gauche. La raison est que la gauche socialiste fut écrasée par le positionnement au centre-gauche de Kadima dirigé par Livni en 2009 qui lui a mangé une partie de son électorat.

En 2013, Kadima sous Mofaz a perdu toute crédibilité et Yesh Atid s’est positionné au centre-droit (voir mon précédent post). Les électeurs désireux d’un gouvernement de centre-gauche sans Bibi se sont alors tournés vers ‘Avoda de Ya’himovitch, le Meretz de Gal-on ou le nouveau parti de Livni.

Ajouté à une forte mobilisation des sympathisants de gauche, cela explique que malgré un plus grand nombre d’électeurs, le centre et la droite perdent tous les deux du terrain à la Knesset.

La droite a aussi perdu les 100 000 voix obtenus par AmShalem et Otzma LeYisrael qui ont échoué très près du minimum à atteindre pour entrer à la Knesset. A cela s’ajoute un déplacement à l’intérieur de la droite des électeurs traditionnalistes du Likoud vers Bayit Yehudi.

Nombre de voix aux élections israéliennes du 19 janvier 2013 par bloc et comparaison avec la précédente Knesset

Nombre de voix aux élections israéliennes du 19 janvier 2013 par bloc et comparaison avec la précédente Knesset

Les nouveaux députés et le nouveau visage de la 19ème Knesset

27 janvier 2013 Laisser un commentaire
Knesset

Knesset (Photo credit: rbarenblat)

Un fabuleux article de Ted Belman présente les 53 nouveaux députés israéliens sur les 120 que composent la Knesset. Un record.

Un article de Lahav Harkov, lui, remarque sur le nombre femmes augmentent en passant de 20 à 27 (et non 26 car Bayit Yehudi a gagné une douzième députée religieuse grâce aux votes des soldats comptés 24h plus tard) et que le nombre de « religieux » passe atteint un record à 39 (et non 38 pour la même raison) soit près d’un sur trois ! Les députés habitant la Judée-Samarie, c’est à dire la zone historique du peuple juif mais située au delà de la ligne d’armistice de 1949 (« ligne verte »), sont également en hausse avec 17 représentants.

Cette Knesset est donc plus jeune, plus novice, plus féminine et plus religieuse. Elle traduit le besoin de renouvellement désirée par les israéliens. Est-ce une influence de Tou Bichevat, la fête agraire du renouvellement qui tombe dans la même semaine ? ou simplement le reflet du taux de natalité le plus élevé de l’OCDE avec 3 enfants par femme (2 en France, 1.5 en moyenne en Europe) ?