Archive

Posts Tagged ‘Jerusalem’

Quelques bonnes nouvelles ?

8 décembre 2013 Laisser un commentaire

Good news from IsraelDevant le flot d’analyses apocalyptiques sur le deal irano-occidental (et je place l’Iran en premier de façon délibérée), je vous propose quelques liens qui pourraient vous remonter le moral sur la sitation en Israël :

Forte hausse du nombre de démarrages d’habitations en Judée et Samarie

Le nombre d’habitations achevées est toujours extrêmement faible (moins de 1500 en rythme annuel, contre plus de 2000 en 2009) mais au moins le nombre de nouvelles constructions s’accélère et les récentes déclarations du gouvernement israélien vont dans le bon sens.

Loi obligeant un référendum pour toute cession ou échange d’une partie de Jérusalem, sur le point de passer

Netanyahou a donné le dernier feu vert pour obliger le gouvernement à un référendum dans le cas où un accord de paix avec les arabes palestiniens impliquerait de donner ou échanger des terres de Jérusalem. Le reste de la Judée et la Samarie ne sont malheuresement pas inclus. On remerciera les députés du Likoud et de Bayit Yéhoudi pour avoir insister sur cette loi forcément détestée par la gauche israélienne.

Le « Conseil des droits de l’homme » onusien va inviter Israël dans le groupe géographique « Western Europe and Others »

Empêchée de rentrer dans le groupe asiatique par les nations musulmanes du moyen-orient, les européens vont finalement faire entrer Israel dans leur groupe (un peu comme pour les tournois sportifs !). Cela était une pré-condition à la ré-admission d’Israël dans le Conseil qu’elle avait quitté en 2012 à cause de son obsession anti-israélienne et pro-arabe. Il est malheureusement toujours fréquent, qu’en une session, le Conseil condamne plusieurs fois Israël et aucun autre état dans le Monde ! Voir également mon billet ici.

La circoncision ne diminue pas le plaisir, un méta-étude scientifique récente affirme

Des scientifiques australiens ont étudié 40 études menées sur la circoncision et affirme que celle-ci ne diminue ni la sensitivité, ni le plaisir sexuel. Les quelques études précédentes affirmant le contraire n’étaient pas assez rigoureuses. L’équipe australienne rappelle que la circoncision diminue ou fait disparaitre les risques :  de cancer du pénis, de la prostate (pour les hommes), des cervicales (pour les femmes), d’infections causées par l’HPV, le Chlamydia et même par le VIH. La quasi-totalité de la population israélienne est circoncise à un très jeune âge, suivant le commandement de la Torah de circoncire son fils au huitème jour. Cette acte marque l’alliance entre Dieu et son peuple, un homme non-circoncis se place donc en dehors de la communauté même si halakhiquement il reste juif.

Publicités

Netanyahou doit désormais être considéré comme de gauche

18 juillet 2013 1 commentaire

Au moins concernant le « processus de paix ».View of Beitar Ilit, Israel

Un indicateur clair est le nombre de constructions au delà de la fameuse ligne verte d’armistice de 1949-67. Même les gouvernements travaillistes avaient continué à construire régulièrement dans les grandes implantations de Judée et Samarie.

Mais Netanyahou, depuis son grand retour en 2009 au poste de Premier Ministre, a construit moins que ces prédéceseurs de gauche ! Et meme quand le premier trimestre 2013 est meilleur que le précédent, et même lorsque de nouvelles annonces de constuctions de logements fortement attendues par les familles nombreuses de sionistes-religieux sont annoncées, il ne s’agit que des grandes villes se trouvant SUR la ligne verte.

Modi’in et Beitar Ilit seront dans les frontières d’Israël quel que soit l’accord final avec les arabes palestiniens.Par contre les implantations sur les collines de Samarie et dans la vallée du Jourdain, si précieuses pour la sécurité du centre du pays, sont oubliées voire démantelées. Netanyahou a désormais, et de façon répété, prouvé qu’il n’était plus de la droite classique dite « révisioniste » mais plutôt de la gauche travailliste « osloïène ». Espérant que l’influence de Bennet et de la droite du Likoud puisse changer cela durant son mandat. Par exemple, le « Land of Israel Caucus » qui regroupe les parlementaires défendants les communauté juives en Judée-Samarie compte 50 membres sur 120 députés.

Les travaillistes israéliens sont toujours dans le déni de la réalité

1 mai 2013 1 commentaire

La Ligue arabe a déclaré par la voix du ministre des affaires étrangères quatari, qu’elle acceptait l’idée d’un échange de territoires entre israéliens et arabes palestiniens.

La ligue arabe et le secrétaire américain aux affaires étrangères, John Kerry

Le député Ben Elizer du parti travailliste israélien, tout excité après cette annonce, a affirmé que son parti était prêt à remplacer Bayit Yéhoudi, le parti des sioniste-religieux, dans le gouvernement de Netanyahu. Quand à Ya’himovich, la leader de l’opposition, le Jerusalem Post reprend ses propos ainsi :

The proposal fits with the « Clinton Outline » that Labor supports, Yacimovich explained in an interview with Israel Radio, and would give Israel « extra points » in the world if the government would accept it.

Premièrement, l’idée de « land swaps » est une belle supercherie sémantique. Aujourd’hui les palestiniens contrôlent la zone A de la Judée-Samarie (10%, urbain) et Israël la zone C (40%, plutot rural). La zone B est sous contrôle mixte bien que l’état d’Israel interdit aux juifs de s’y rendre (trop dangereux !). La position arabe est, depuis 1967, le retrait total d’Israël de Judée-Samarie. Aujourd’hui, les arabes acceptent l’idée qu’Israël en garde un peu en échange de terrains de même taille à l’ouest de la ligne « verte » d’armistice de 1949-67.

Il n’y a donc aucun échange, aucun « swap ». Les arabes réclament toujours la même chose, c’est à dire 100% de la surface de la Judée-Samarie, terres ancestrales du peuple juif, reconquis dans une guerre défensive en 1967 et abandonnée par la Jordanie en 1988. C’est un changement de tactique politique, tout comme essayer de détruire Israël par la création d’un état palestinien à l’ouest du Jourdain (idée totalement inconcevable avant 1974) plutot que par la guerre.

Omer Bar-Lev, Benjamin Ben-Eliezer and Shelly Ya’himotich. Photo by Moti Milrod for Haaretz

Deuxièmement, les travaillistes croient encore au père noël de la communauté internationale. L’idée qu’on octroie des « points » parce qu’Israël obéit à la communauté internationale est incroyablement encore défendue au sein de la gauche israélienne. Olso, Olso II, Camp David, Taba et Annapolis ont tous échoué. La solution de la gauche israélienne ? En faire d’autres. C’est un peu comme si un homme se casse le bras, prend un aspirine, puis dix, puis cent avant d’être obligé d’amputer son bras, puis de conclure : « j’aurais du prend plus d’aspirine ». Comme le disait Einstein : « La folie c’est de faire toujours la même chose et d’attendre un résultat différent à chaque fois ».

Il est temps de mettre un gros de pied au séant du Wakhf

7 avril 2013 1 commentaire

http://blogs.jpost.com/content/jordan-violating-its-peace-treaty-israel

Le Wakf est une organisation islamique jordanienne qui contrôle le Mont du Temple (Har HaBayit) depuis la guerre d’indépendance en 1947.

Israël, afin de maintenir le calme sur ce lieu saint explosif, a conservé le statut-quo et laissé les clés aux hashémites. Le résultat est catastrophique : discrimination anti-juive, construction illégale et destruction de preuves archéologiques millénaires.

Dimanche dernier, le roi jordanien Abdoullah II et l’Autorité Palestinienne (représentant par le dictateur décontracté Mahmoud Abbas) ont signé un accord « d’intérêt commun pour défendre Jérusalem de la judaisation ». Deux « chef d’états » ont donc signé publiquement un document qui nie l’histoire juive de la capitale d’Israël, viole l’accord de le paix signé avec l’un deux, et discrimine envers les juifs de Jérusalem, puisque seuls les lieux « musulmans et chrétiens » sont concernés par l’accord.

Le Roi Abdoullah II et Mahmoud Abbas, le 31 mars 2013

Il est temps de renvoyer cette pourriture d’où elle vient, de l’autre côté du Jourdain.

La pression s’accumule sur le futur gouvernement de Netanyahou

13 janvier 2013 Laisser un commentaire

Les européens et les jordaniens seraient en train de préparer une proposition d’accord de paix pour mars (j’émet un gros doute sur une date aussi proche mais admettons).

Les contours de ce plan serait une copie des accord de Génève et du plan saoudien qui favorisent grandement les palestiniens. Il ne placerait aucune contrainte sérieuse de sécurité et de normalisation tout en demandant à Israël de se retirer de grandes étendues de Judée et Samarie, et donc d’expulser ses propres citoyens de la terre de ses ancêtres.

Que Netanyahou pourrait-il répondre sans trahir ses électeurs de droite ?

Version « je botte en touche »

Dans un style assez netanyahou-esque, j’imagine qu’il pourrait insister sur plusieurs points dont il sait pertinemment que les palestiniens refuseront catégoriquement. Ce fut même la stratégie d’Arafat pour éviter la conclusion d’un accord avec Clinton et Barak. Liste non-exhaustive :

  • Reconnaissance d’Israël comme état juif et donc refus d’intégrer des « réfugiés » palestiniens (principe du « 2 états pour 2 peuples ») ;
  • Jérusalem unie sous contrôle israélien avec Maale Adumim et la zone E1 les reliant ;
  • Contrôle militaire de la vallée du jourdain et éventuellement de certains hauts plateaux de Samarie centrale pour empêcher que la région suive le chemin catastrophique de Gaza.

Version sécuritaire

Bibi peut demander des garanties strictes sur la capacité du Fatah à faire régner l’ordre non seulement dans les régions qu’il contrôle déjà mais aussi à Gaza, actuellement dirigée par le Hamas. Bibi peut aussi profiter d’attaques de terroristes de la bande de Gaza pour lancer une offensive terrestre et paralyser (temporairment) toute négociation avec Abbas.

Français : Enfants à Méa Shéarim (Jérusalem, I...

Enfants à Méa Shéarim (Jérusalem, Israël). (Photo credit: Wikipedia)

Version « wild card »

Attaquer les installations nucléaires de l’Iran !

Ou encore mieux : demander le contrôle absolu et exclusif de la vieille ville de Jérsalem y compris le Mont du Temple. Dans ce scénario fou, Netanyahou accepterait la première carte que Abbas lui présenterait, même si cela conduirait à expulser 200 000 juifs de Judée et Samarie. Il accepterait de donner Jérusalem-est et la reconnaitrait immédiatement comme capitale de la Palestine..

Et échange, il demanderait juste la vieille ville en insistant spécifiquement sur le Mont du Temple comme lieu symbolique pour le peuple juif : « le monde juif et Israël accepteront de perdre la Judée et la Samarie, contrées historiques, mais pas l’ancienne Jérusalem, le coeur de la civilisation juive ». Abbas et ses amis, hystériques à l’idée de voir la Kippat ha-Sel‘a remplacée par le troisième temple juif, quittera surement la table effrayé, car je suis persuadé que les arabes ont bien plus peur du juif que de l’israélien.

Netanyahou a-t-il peur sur sa droite?

26 décembre 2012 1 commentaire

Ma’ale Adumim

Le récent échange musclé entre Bibi et Bennet a montré que le Likoud avait bien peur de perdre des votes au profit de son parti sur sa droite, Bait Yehudi (lit « maison juive »).

Il peut aussi traduire la volonté de Bibi, après la fusion avec le parti nationaliste russophone Yisrael Beitenou, de créer un grand parti de droite modérée et purgée de sa composante sioniste-religieuse (c’est-à-dire pro-implantations en Judée et Samarie). Ainsi, Netanyahou fait passer le parti de Bennet pour extrêmiste. D’ailleurs ces récents agissements poussent à cette conclusion :

  • Construction de plus de 6000 logements étalés dans le temps dans les grandes implantations de Judée et Samarie mais toujours près de la « ligne verte ». Ces villes et villages sont considérés par une large majorité des israéliens comme acquis à Israël dans tout accord de paix avec les arabes :
    • Mordot Gilo : 1142
    • Ma’ale Adumim : 2400 + 90 autres logements bientôt sur le marché
    • Givat Hamatos : 3527 dont 688 à Beit Safafa pour les arabes israéliens
    • Givat Ze’ev : 664 à Givat Habanana
    • Gush Etzion : 523
    • Karnei Shomron : 350
    • Beitar Illit : 348
    • Efrat : 40 à Givat Hadagan
  • Validation du zonage de la zone « E1 » reliant l’est de Jérusalem a Ma’ale Adumim, la plus grande ville de Judée en delà de la « ligne verte » avec 35 000 habitants. Cette zone garantira la contiguité d’Israël autour de sa capitale Jérusalem, sans empêcher la contiguité d’un hypothétique état palestinien malgré les réactions hystériques de la communauté internationale à la suite de l’annonce.
  • Officialisation du centre universitaire de Ariel en pleine Samarie comme la huitième université du pays, une première depuis des décennies et la fin d’une longue bataille pour ses milliers d’étudiants et professeurs. Ariel est certes en Samarie mais est surtout une grande réussite de mixité laïcs-religieux.
  • Annonce officielle sur le « renforcement des grandes implantations et de Jérusalem ». Par extension, je conclue que Bibi continuera de ne PAS agrandir ni d’officiliaser les petites implantations à l’intérieur de la Judée-Samarie.
  • Déclaration anti-haredim de certains membres du parti alors que Shas crie à tue-tête que la parti séfarade fera parti du prochain gouvernement de Netanyahou.

Pour l’instant, les sondages donnent tort à la statégie de Netanyahou. On est de plus en plus dans un split 35-15 plutot que 40-10 entre le Likoud et Bait Yehudi. A moins que Netanhayou se fiche de cette « perte » car il cherchera une alliance avec Livni et/ou Yacimovitch pour mener à bien des réformes structurelles sur la place des haredim dans la société et le mode de scrutin électoral.

Catégories :Israel, Netanyahu, Processus de paix Étiquettes : , ,

Abbas La Classe

9 décembre 2012 Laisser un commentaire

Abbas parle. Ou se plaint. En génréal quand il parle, il se plaint.Abbas a déclaré aujourd’hui en visite au Kowei, que des négociations avec Israël pouvaient reprendre. Non vous ne rêvez pas.

Il affirme être prêt pour des négociations de six mois avec Israël à condition qu’elles reprennent exactement là où celles avec Olmert s’étaient arrêtées et que le gouvernement israélien gèle la construction d’habitations dans des villes de Judée-Samarie. Il pense que ces négociations aboutiront à un retrait d’Israel au delà des « frontières de 67 » (la ligne d’armistice de 1949 en réalité) et que les questions centrales comme Jerusalem et les réfugiés seront réglées.

Donc Abbas :

  • a déjà un état (« reconnaissance » à l’ONU il y a quelques jours),
  • connaît ses frontières (armistice de 49),
  • sait combien de temps des négociations avec Israel vont durer (6 mois) ,
  • et sur quoi elles vont porter (faire revenir des millions de gens qui ne sont pas des réfugiés dans un pays qu’ils ne connaissent pas et qui n’en veut pas)

Je luis propose donc de rédiger lui même l’accord final entre lui et Netanyahou et de lui envoyer par courrier. Je suis convaincu que l’acceptation par Israël ne sera qu’une formalité administrative !