Archive

Posts Tagged ‘Kadima’

La construction de la coalition gouvernementale a commencé

20 février 2013 Laisser un commentaire

Avec des jours de tractations, de réunions entre représentants des partis politiques, de petites déclaration aux médias et de rumeurs adroitement glissées, la première vrai nouvelle sur la constitution du prochain gouvernement est enfin tombée.

Tzipi Livni et son parti HaTénou’a sont les premiers à rejoindre Netanyahou.

Non vous ne revez pas.

Elle sera ministre de la justice, comme au temps de Sharon en 2004-06. Elle sera responsable des négociations avec les arabes, comme au temps de Olmert en 2006-09. Bref, de grandes expériences ouvrant la voie à des réussites prometteuses…

Déception à droite

Bien évidemment, l’ensemble de la droite israélienne est outrée et doit subir, une fois de plus, la trahison de son chef. Livni n’a fait campagne que sur un seul thème : un accord de paix avec les palestiniens, et n’a obtenu que six sièges sur 120. A peine plus que le parti communiste arabe anti-sioniste, Hadash. Mais, c’est elle que Netanyahou a choisi, pourquoi ?

Les Haredim, plutôt que les jeunes prometteurs

Netanyahou ne veut pas du couple Lapid-Bennet. A eux deux, leurs partis Yesh ‘Atid (centre) et Bayit Yehoudi (droite, sionistes-religieux) ont exactement le même de députés que Bibi, soit 31. A trois, ils auraient formé une courte majorité mais Netanyahou redoute plus que tout que l’un deux quitte le gouvernement et pousse à des élections prématurées. Il est prêt à tout pour conserver son poste le plus longtemps possible et l’a montré depuis son grand retour en 2009.

Netanyahou préfère l’alliance de 36 ans que le Likoud a avec Shas car les haredim le laissent faire ce qu’il veut en matière diplomatique et sécuritaire.

Knesset du 22 janvier_2013

Knesset du 22 janvier_2013

Les coalitions potentielles au 20 février 2013

Il ne fait plus aucun doute que Shas sera le prochain à rejoindre Bibi. Les trois leaders du parti séfarade avaient déjà déclaré avant les élections qu’ils souhaitent rester au gouvernement si le Likoud l’emportait, comme tous les sondages le prédisaient. Un récent rapport cité par Channel 10, donne Yishai, ministre de l’industrie, Attias, ministre des affaires sociales , et Deri, ministre de l’eau et de l’énergie.

Ensuite je vois deux scenarii :

  • 68 députés : Likoud+Livni+Kadima+Haredim+Bayit Yehoudi.  Mofaz et Yahadout haTorah joignent naturellement le gouvernment car ils sont tous deux idéologiquement identiques à, respectivement, Livni et Shas. Bennet pourrait difficilement prendre le risque de se faire doubler par Yesh ‘Atid ou ‘Avoda (travaillistes). Lapid peut plus facilement refuser et dirigier l’opposition en attendant son heure.
  • 80 députés : Likoud+Livni+Shas+Bayit Yehoudi+Yesh ‘Atid. Lapid et Bennet finissent par trouver un accord avec Netanyahou et forment avec Shas une large coalition que j’estime la plus probable. Aucun des partis ne peut renverser seul le gouvernment. Sans Livni, Netanyahou ne pourrait pas se protéger du départ de Lapid et donc d’être ostraciser par les occidentaux comme un gouvernemnt trop à droite. Livni est la Barak de 2013.
Publicités

Est-ce que la droite a perdu les élections au profit du centre ?

28 janvier 2013 Laisser un commentaire

Les médias israéliens et internationaux ont majoritairement souligné la supposé victoire du centre et semi-défaite de la droite à cause des 19 sièges gagnés par un nouveau parti centriste et les 11 sièges perdus par l’alliance Likoud-Yisrael Beitenou.

Cependant, une analyse plus fine par bloc montre que le centre a en réalité perdu du terrain au profit du la gauche. La raison est que la gauche socialiste fut écrasée par le positionnement au centre-gauche de Kadima dirigé par Livni en 2009 qui lui a mangé une partie de son électorat.

En 2013, Kadima sous Mofaz a perdu toute crédibilité et Yesh Atid s’est positionné au centre-droit (voir mon précédent post). Les électeurs désireux d’un gouvernement de centre-gauche sans Bibi se sont alors tournés vers ‘Avoda de Ya’himovitch, le Meretz de Gal-on ou le nouveau parti de Livni.

Ajouté à une forte mobilisation des sympathisants de gauche, cela explique que malgré un plus grand nombre d’électeurs, le centre et la droite perdent tous les deux du terrain à la Knesset.

La droite a aussi perdu les 100 000 voix obtenus par AmShalem et Otzma LeYisrael qui ont échoué très près du minimum à atteindre pour entrer à la Knesset. A cela s’ajoute un déplacement à l’intérieur de la droite des électeurs traditionnalistes du Likoud vers Bayit Yehudi.

Nombre de voix aux élections israéliennes du 19 janvier 2013 par bloc et comparaison avec la précédente Knesset

Nombre de voix aux élections israéliennes du 19 janvier 2013 par bloc et comparaison avec la précédente Knesset

Résultats officiels des élections israéliennes et les gagnants-perdants

27 janvier 2013 Laisser un commentaire
Knesset du 22 janvier_2013

Knesset du 22 janvier_2013

Comparaison entre la moyenne des derniers sondages parus en janvier 2013 et les résultats de la 19ème Knesset

Comparaison entre la moyenne des derniers sondages parus en janvier 2013 et les résultats de la 19ème Knesset

Les gagnants

  • Yesh ‘Atid : Yaïr Lapid dispose d’un levier important pour négocier un poste et des promesses de lois auprès de Netanyahou. Les instituts de sondages avaient parfaitement prévus les résultats de tous les partis sauf celui-ci, car ils avaient surestimé ceux des trois principaux (Likoud, Bayit Yehoudi et travaillistes) au détriment du nouveau venu centriste. Une étude a justement montré que 40% de ses électeurs avaient choisi Yesh ‘Atid dans les trois jours précédent leurs votes !
  • Bayit Yehudi : Bien que son score soit inférieur aux attentes, il quadruple son nombre de députés et pourra donc faire mieux entendre ses propositions : construire en Judée-Samarie et « étendre la souveraineté israélienne » dans la zone C recouvrant 60% de la (malnommée) Cisjordanie, renforcer l’armée, faire valoir le caractère juif de l’état d’Israël, nommer des responsables sionistes-religieux au lieu de haredim au Rabinnat et donner plus de flexibilité au rabbins locaux dans les mariages et conversions, entre autres.
  • Netanyahou : Si son parti a perdu 11 sièges (7 si on n’exclut ceux étant de Yisrael Beitenou avec qui il a fusionné les listes), lui sera premier ministre pour la troisième fois. Un record depuis Ben Gourion !
  • Meretz : En passant de 3 à 6 députés, le parti de Mme Gal-on montre qu’il existe encore une place pour le sionisme de gauche. Mais aucun grand parti ne veut faire de coalition avec eux. Il reste dans l’esprit de la majorité d’israéliens un parti de bobos (riches) urbains (Tel-Aviv) utopiques (Oslo) et mangeurs de sushis.

Les perdants

  • Likoud-Beitenou : la fusion n’a pas apporté les 40-45 sièges espérés mais a tout de même assuré à Bibi d’avoir de loin le plus gros parti.
  • Livni : le one-woman-parti qu’elle a formé suite à sa défaite à la primaire de Kadima a récolté autant de voix que Meretz et même moins que les orthodoxes ashkénazes ! Si elle sauve la face en prenant un poste secondaire dans le gouvernement de Netanyahou, elle perdra, à mes yeux, le peu d’estime que j’avais pour elle.
  • Kadima : quasiment réduit à néant, Olmert a surement chargé Mofaz de faire survivre le parti pour préparer son retour en 2017. Pathétique.
  • Aravim vé ‘haredim (arabes et juifs « ultra-orthodoxes ») : malgré leur natalité supérieure, leurs partis ont obtenu le même nombre de sièges à cause d’une faible absention chez les juifs laïques. Le parti haredi ashkénaze a tout de même surpris en gagnant 2 sièges de plus que les 5 qu’il occupe actuellement.

Suivez ici la campagne électorale israélienne ! (maj fréquente)

8 décembre 2012 1 commentaire

Suivez les derniers ralliements et évenements politiques !

Update 25/10 :

  • Omer Bar-Lev : fils d’un ancien haut gradé de l’armée israélienne –> ‘Avoda
  • Chili Tropper : éducateur du secteur sioniste religieux modéré –> ‘Avoda
  • Nino Abesadze : député Kadima –> ‘Avoda
  • Shamalov-Berkovich : député Kadima –> Likoud
  • Arye Bibi : député Kadima –> Likoud
  • Adi Kol : fondatrice de « Université de la nation » qui dispense des cours universitaires pour personnes handicapées –> Yesh ‘Atid
  • Karin Alhrar : responsable d’un cabinet juridique universitaire gratuit –> Yesh ‘Atid

Update 27/10 :

  • Nachman Shai : Kadima –> ‘Avoda
  • Rabbi Piron : –> Fondateur de Tzohar, organisation rabbinique moderne orthodoxe –> Yesh ‘Atid (2ème sur la liste après Lapid !)
  • Shlomo Maoz : économiste réputé –> Likoud

Update 01/11 :

  • Ofer Shelach : journaliste au quotidien gauchiste du soir Ma’ariv –> Yesh ‘Atid
  • Miki Rosenthal : journaliste au quotidien gauchiste Ha’aretz –> ‘Avoda
  • Aryé Déri : très populaire ancien leader du Shas, de retour après une condamnation controversée –> Shas
  • Moshe Kahlon : l’ancien ministre des affaires sociales d’origine séfarade menace de quitter le Likoud pour former un parti centriste avec Livni

Update 12/11

  • Moshe Kahlon : a finalement abandonné l’idée de former un nouveau parti. Netanyahu pousse un grand soupir de soulagement.
  • Naftali Bennett : l’ancien leader des communautés de Judée et Samarie a gagné la primaire de Bait Yehudi avec 67% des voix, seulement six mois après son entrée dans le parti sioniste-religieux
  • Tzipi Livni : l’ancienne chef de l’opposition annoncera vraisemblablement jeudi, dans quel parti ou coalition elle se placera pour les prochaines élection. Elle laisse la porte grande ouverte à Olmert qui ne se décidera que début décembre.

Update 24/11

  • Tzipi Livni : a annoncé la formation d’un nouveau parti de centre-gauche qui prendra la nom qu’elle avait suggérait pour la création de Kadima, Parti de la Responsabilité Nationale. Yacimovitch a répondu qu’elle devrait intégrer ‘Avoda plutôt que diviser l’opposition. Un récent sondage montre en effet que le groupe de Livni ne prend des voix qu’aux partis de centre-gauche (Kadima, Yesh ‘Atid et ‘Avoda) et non à Likoud Beiteinou.
  • Ichud Leumi : Le parti « Union Nationale » n’est pas très uni puisque les sous-groupes Eretz Yisrael Sheilanou (proche de feu-Rav Kahane) et HaTikva (nationaliste laïque du Dr Arye Eldad) quitte l’union pour créer une liste électorale séparée appelée « Israël Fort » (ça rappelle Sarkozy !). Les groupes restants de l’union sont Moledet, qui cède la marque « ‘Ichud Leumi » au dernier et plus important des groupes, Tekuma. C’est donc Moledet-Tekuma qui rejoint Bait Yehudi dans une liste commune de sionistes religieux. Cette division ne semble pas affecté la liste qui est toujours estimée à 8-10 sièges sur 120.
  • Dov Lipman, activiste et éducateur haredi originaire des Etats-Unis –> Yesh ‘Atid. Lipman n’a finalement pas choisi la liste de Amsalem qui correspond pourtant bien mieux à ces valeurs. Lapid, le leader et fondateur de Yesh ‘Atid, veut clairment montrer que son parti ne sera pas anti-religieux comme le fut celui de son père, Shinouï (lit. « Changement » mais on avait compris dans quel sens…)

Update 02/12

  • Livni finallement nommé son parti HaTénoua, « Le Mouvement », avec comme sous titre « Dirigé par Tzipi Livni (pour que les personnes qui n’auraient pas entendu parler du parti puisse voter sur la « marque » Tzipi Livni dans l’isoloir). Il est composé de 6 membres de Kadima au moment de l’annonce de sa formation.
  • Amram Mitzna : ancien maire travailliste de Haifa et ancien leader déchu de ‘Avoda –> HaTénoua
  • Meir Sheetrit : Kadima –> HaTénoua
  • Liste définitive du Likoud : Feiglin, sioniste-religieux qui tente de porter les valeurs juives de l’intérieur de Likoud plutot que de le faire depuis des petits partis de droite, est cette fois sur d’être député car il a obtenu la 14ème place. Dany Dannon, le jeune leader du « Likoud International » a créé la surprise en arrivant en 5ème position. Globalement, le parti s’ancre clairement à droite et des ténors modérés comme Meridor ou Begin sont hors course pour la prochaine Knesset !
  • Liste définitive de ‘Avoda
  • Liste définitive de Bait Yehudi-Tekuma (sionistes-religieux)

Update 04/12

  • Liste définitive de Yesh ‘Atid
  • Liste définitive de Yahadut Hatorah
  • Liste définitive de Yisrael Beitenou : certains membres controversés ont été sortis de la liste ou ont démissionné. C’est le cas de Anastasia Michaeli qui avait eu une altercation remarquée avec un député arabe travailliste l’année dernière. C’est également le cas du ministre du tourisme Stas Meseznikov, suspecté de fréquenter les night clubs et de manquer des rendez-vous de travail pour cause de « cuite »…
  • Tzipi Livni a échoué à ammener les personnes suivantes dans son nouveau « mouvement » : le journaliste Ben-Dror Yemini, le contrôleur public Micha Lindenstraus, l’ancien patron de Teva (grande société pharmaceutique israélienne) Shlomo Yanai, l’économiste réputé Manuel Trajtenberg et le modéré du Likoud Dan Meridor.

Update 8/12

  • La date limite de dépôts des listes étant passée, plus aucun changement ne pourra être fait désormais. La vraie campagne peut commencer !
  • Liste définitive de Shas
  • Liste définitive de Likoud Beitenou
  • Liste définitive de AmShalem  : je suis très déçu du comportement de ce rabbin séfarade qui avait pourtant une bonne philosophie : « un Judaïsme sioniste, nationaliste, de Torah et de travail, de service à l’armée et d’acceptation des différences des autres ». Amsalem n’a finalement attiré aucun gros candidat susceptible de l’aider à passer le minimum de 2% pour entrer à la Knesset. Il aurait du s’allier avec BaitYehudi qui partage la majorité de ses convictions, plutôt que de diluer le vote séfarade.
  • HaYérakim (« les verts ») –> HaTénoua (Livni)
  • Amir Peretz : numéro 2 de ‘Avoda –> HaTénoua. La seule et unique prise de Livni car son parti ressemblait beaucoup à un cannot de sauvetage de députés Kadima au chomâge…
  • Ehud Olmert renonce à retourner en politique suite à sa petite condamnation. J’ai beaucoup aimé son « j’avais jamais dit que je revenais ! ». Peut être. Mais tu as bien laissé planer le doute pour tâter le terrain, gros malin !

Fin de la pré-campagne. Continuez à suivre la campagne officielle sur La Voie Juive !

Dernier sondage israélien pour les élections de janvier 2013

28 novembre 2012 Laisser un commentaire

Droite
37 Likoud Beiténou (Netanyahou)
09 Sionistes-religieux

Centre
09 Haténoua (Livni)
05 Yesh ‘Atid (Lapid)
02 Kadima

Gauche
20 ‘Avoda
03 Meretz

Haredim
18 Shas & Am Shalem – Séfarades
06 Yahadout Hatorah – Ashkénazes

Arabes
07 Partis nationalistes arabes et islamistes
04 Parti communiste

Source

Les raisons derrière la fusion Likoud-Yisrael Beitenou

12 novembre 2012 Laisser un commentaire

Voici les meilleurs raisons que j’ai pu trouvé ou compilé sur cette fusion :

  • Devenir le premier parti israélien : N’oublions pas que le Likoud n’a pas fini premier d’une élection électorale depuis plus d’une décennie ! Unifier la droite permet de s’assurer la première place et se garantir ainsi de continuer à diriger le pays.
  • Se protéger du retour d’Olmert : Lorsque les tractations entre les deux partis ont commencé il y a un an, on ne parlait pas encore de Yesh ‘Atid et un retour d’Olmert aurait redonné beaucoup de vigueur à Kadima. Cette protection vaut aujourd’hui contre une initiative de Peres, actuel Président octogénaire, et ancien premier ministre travailliste.
  • Se débarrasser des haredim : l’alliance stratégique entre le Likoud et Shas garantit aux deux de dominer la vie politique israélienne pendant de nombreuses années mais limite le parti de Netanyahu sur toutes les questions impactant les religieux (participation dans l’armée, place du Rabbinat, etc.). Grossir permettrait de se passer des voix de Shas, en conservant les sionistes-religieux plus intégrés dans la société israélienne.
  • Elargir sa base : si le Likoud a une base séfarade et mizrakhi importante, la communauté russe lui préfère le parti de Lieberman. Inversement, Yisrael Beitenu a atteint son apogée comme partie des immigrants de l’ex-union soviétique avec 15 parlementaires sur 120. L’alliance des deux permet de créer un grand parti où toutes les communautés peuvent se retrouver.
  • Converger vers le bi-partisme : En annonçant cette fusion, Netanyahu et Lieberman ont implictement appelé le centre-gauche à en faire autant. (Pour l’instant Olmert et Yacimovtich se sont chacun proposés comme rassembleur… mais ne veulent pas faire d’alliance entre leurs partis respectifs…) Un bi-partisme ou plutôt deux grands partis avec des partis arabes et haredim autour permettraient des coalitions plus stables et plus efficaces. Et la société israélienne penchant de plus en plus à droite, il confirmerait surtout la domination du Likoud à la Knesset !

Les derniers sondages israéliens donnent une moyenne de 38 sièges pour Likoud Beitenou, 22 pour ‘Avoda et 13 pour Shas. Une coalition Likoud Beitenou+ Bait Yehudi/I’hud Leumi + Shas (donc sans aucun parti centriste et sans même le parti haredi askénaze) atteindrait quasiment la majorité absolue avec 60 sièges.

Catégories :Israel, Netanyahu Étiquettes :

Le bipartisme bientôt en Israël ?

29 octobre 2012 Laisser un commentaire

Netanyahu et Lieberman unissent leurs listes électoralesLa fusion des listes législatives de Likoud et Yisrael Beitenou relance l’intérêt d’une alliance similaire à gauche. Une bipolarisation de la vie politique est d’ailleurs souhaitée par beaucoup d’analystes et d’hommes politiques.

La presse israélienne, majoritairement à gauche, s’était déjà étalée sur un possible « mégaparti » regroupant les travaillistes (‘Avoda) et les centristes. Mais cette alliance me parait impossible pour plusieurs raisons :

  1. le nombre de personnalités à l’égo démesuré empêchera une telle union : Olmert (ancien premier ministre et leader de Kadima), Livni et Mofaz (K), Barak (ex-‘Avoda), Yacimovitch (‘Avoda) et Lapid (Yesh ‘Atid) pour ne nommer que les plus connus ;
  2. Yacimovitch a ouvertement déclaré qu’elle n’était pas intéressée par une alliance avec Kadima. Effectivement, pourquoi aider ce parti mourant quand les sondages lui donnent jusqu’à 15 sièges de plus que Kadima ?
  3. Lapid a également refusé une telle alliance. Le pilier de ce jeune mouvement est justement de ne pas entrer dans ces jeux politiciens.

Je pense qu’une union plus modeste pourrait sauver quelques canards boiteux en le regroupant. Elle aurait comme condition le retour d’Ehud Olmert qui, après son quasi-blanchiement dans des affaires d’abus de biens sociaux, se poserait en futur premier ministre fédérateur autour de plusieurs partis :

  • Kadima bien sur, actuellement dirigié par Mofaz, mais avec la présence de Tzipi Livni, battue aux primaires mais toujours populaire chez les bobos israéliens ;
  • Atsmaout : « Indépendance » est un petit parti d’ex-travaillistes mené par Ehud Barak. Opportuniste et sournois, il fait parti du gouvernement de Bibi mais a déjà été ministre sous Olmert !
  • HaYekourim : naturellement proche de Kadima, « Les Verts » israéliens pourraient ainsi avoir leur premier siège en apportant quelques milliers de voix à cette alliance ;
  • Meretz : moins probable, le petit parti d’extrême-gauche pourrait tout de même être tenté par une alliance après un nombre impressionnant de fusions stériles.

Wait & see…

Et pour répondre à la question posée dans le titre, un vrai bipartisme n’aura jamais lieu tant que les secteurs arabes et haredim, qui représentent un tiers de la population, ne seront pas vraiment représentés dans les grands partis de gauche ou de droite.