Archive

Posts Tagged ‘Lapid’

La construction de la coalition gouvernementale a commencé

20 février 2013 Laisser un commentaire

Avec des jours de tractations, de réunions entre représentants des partis politiques, de petites déclaration aux médias et de rumeurs adroitement glissées, la première vrai nouvelle sur la constitution du prochain gouvernement est enfin tombée.

Tzipi Livni et son parti HaTénou’a sont les premiers à rejoindre Netanyahou.

Non vous ne revez pas.

Elle sera ministre de la justice, comme au temps de Sharon en 2004-06. Elle sera responsable des négociations avec les arabes, comme au temps de Olmert en 2006-09. Bref, de grandes expériences ouvrant la voie à des réussites prometteuses…

Déception à droite

Bien évidemment, l’ensemble de la droite israélienne est outrée et doit subir, une fois de plus, la trahison de son chef. Livni n’a fait campagne que sur un seul thème : un accord de paix avec les palestiniens, et n’a obtenu que six sièges sur 120. A peine plus que le parti communiste arabe anti-sioniste, Hadash. Mais, c’est elle que Netanyahou a choisi, pourquoi ?

Les Haredim, plutôt que les jeunes prometteurs

Netanyahou ne veut pas du couple Lapid-Bennet. A eux deux, leurs partis Yesh ‘Atid (centre) et Bayit Yehoudi (droite, sionistes-religieux) ont exactement le même de députés que Bibi, soit 31. A trois, ils auraient formé une courte majorité mais Netanyahou redoute plus que tout que l’un deux quitte le gouvernement et pousse à des élections prématurées. Il est prêt à tout pour conserver son poste le plus longtemps possible et l’a montré depuis son grand retour en 2009.

Netanyahou préfère l’alliance de 36 ans que le Likoud a avec Shas car les haredim le laissent faire ce qu’il veut en matière diplomatique et sécuritaire.

Knesset du 22 janvier_2013

Knesset du 22 janvier_2013

Les coalitions potentielles au 20 février 2013

Il ne fait plus aucun doute que Shas sera le prochain à rejoindre Bibi. Les trois leaders du parti séfarade avaient déjà déclaré avant les élections qu’ils souhaitent rester au gouvernement si le Likoud l’emportait, comme tous les sondages le prédisaient. Un récent rapport cité par Channel 10, donne Yishai, ministre de l’industrie, Attias, ministre des affaires sociales , et Deri, ministre de l’eau et de l’énergie.

Ensuite je vois deux scenarii :

  • 68 députés : Likoud+Livni+Kadima+Haredim+Bayit Yehoudi.  Mofaz et Yahadout haTorah joignent naturellement le gouvernment car ils sont tous deux idéologiquement identiques à, respectivement, Livni et Shas. Bennet pourrait difficilement prendre le risque de se faire doubler par Yesh ‘Atid ou ‘Avoda (travaillistes). Lapid peut plus facilement refuser et dirigier l’opposition en attendant son heure.
  • 80 députés : Likoud+Livni+Shas+Bayit Yehoudi+Yesh ‘Atid. Lapid et Bennet finissent par trouver un accord avec Netanyahou et forment avec Shas une large coalition que j’estime la plus probable. Aucun des partis ne peut renverser seul le gouvernment. Sans Livni, Netanyahou ne pourrait pas se protéger du départ de Lapid et donc d’être ostraciser par les occidentaux comme un gouvernemnt trop à droite. Livni est la Barak de 2013.
Publicités

Deux analyses sur le futur gouvernement de Netanyahou

2 février 2013 Laisser un commentaire

English: Caroline Glick

Caroline Glick parie sur un gouvernement controlé par le Likoud, Bennet, Lapid et pas du tout par les haredim. En conséquence, ces derniers devront effectuer le service militaire sans exemption pour les étudiants en Yeshivot.

Sur le plan économique, Bibi et Bennet sont très pro-marché et le démarrage de l’exploitation du gaz offshore va soutenir la forte croissance économique et industrielle israélienne. C’est probablement la meilleure nouvelle pour les nombreux israéliens qui réclament qu’on s’occupe des classes moyennes.

Sur le plan religieux, les dati-leumim (« religieux nationalistes » ou sionistes-religieux) pourraient reprendre le contrôle du Rabbinat et de tous les organes publics religieux. Je suis aussi d’accord que les israéliens ré-apprécieront leurs Rabbinat si celui-ci est dati-leumi car il sera plus ouvert vis-à-vis des ‘Hilonim (« laïques ») et plus accessible aux convertis, notamment les 300 000 russes non-juifs halakhiquement.

Martin Sherman, lui, se lamente sur l’obsession des médias et de l’électorat israélien à croire encore à un parti centriste. Il prédit un blocage au sein du Yesh ‘Atid sur la question du processus de paix avec les arabes. Lapid était clairement « anti-colons » pendant la formation de son parti, puis est passé plus à droite pendant la campagne électorale. Il a ainsi pu attirer les indécis de centre-droite, ces même personnes que les sondeurs ont complètement raté dans leurs études.

Sherman et Glick se rejoignent sur le statut-quo en Judée-Samarie (et je suis 100% d’accord avec eux) : peu de nouvelles constructions, aucune perspective d’y augmenter les droits d’Israel et pas d’avancé sur un accord de paix avec le Fatah.

Avec qui s’alliera Bibi le 23 janvier 2013 ?

Les récents sondages offrent le paysage suivant pour la 19ème Knesset (120 députés élus au suffrage universel proportionnel) par ordre croissant :

  • Droite : ~50 sièges
    • Likoud-Beiténou
    • Bayit Yehudi
    • Otzama léYisrael (petit parti nationaliste)
  • Gauche : ~30 sièges
    • ‘Avoda
    • haTénoua
    • Meretz
  • « Swing parties »  : 25-30 sièges
    • Shas (orthodoxe séfarade)
    • Yesh ‘Atid (centriste)
    • Yahadut haTorah (orthodoxe ashkénaze)
    • Am Shalem (petit parti plutôt centriste d’un ex-Shas)
    • Kadima
  • Arabes : 10-12 sièges

Les observateurs ont depuis longtemps compris que Bibi sera à nouveau premier ministre car, même si tous les partis « swing » s’alliaient à la gauche, ils arriveraient péniblement à 60 députés avec un improbable groupe mélangeant haredim et des partis réputés anti-religieux comme Meretz et Yesh ‘Atid.

Bibi pourraient alors s’allier avec des partis de gauche comme les travaillistes plutôt qu’avec ses alliés naturels Bayit Yehudi et Shas (cf mon article précédent).

Heureusement pour le public de droite, Shelly Yacimovitch, chef de file de ‘Avoda (« travail ») a déclaré qu’elle serait « soit chef de gouvernement, soit chef de l’opposition ». Elle admet donc ne pas vouloir faire parti d’un gouvernement de Netanyahou, probablement poussée par la base du parti, marquée à gauche. Elle suit en cela Galon, leader du parti d’extrême gauche Meretz.

Même Tzipi Livni, qui déteste plus la personne de Netanyahou que sa politique, a annoncé que les partis de « centre-gauche » devaient faire front commun contre Netanyahou. C’est pourquoi, je peux classer son parti avec ceux de gauche, surtout depuis son alliance avec les verts israéliens et le soutien de l’ancien premier ministre centriste Ehud Olmert à Shaoul Mofaz de Kadima plutôt qu’à haTénoua.

Yaïr Lapid, a lui clairement déclaré qu’il pourrait faire parti d’un gouvernement mené par Netanyahou, pour « l’empêcher d’être composé d’extrêmiste de droite et d’orthodoxes ». Pour cela, il faudrait donc que les listes de Likoud et de Yesh ‘Atid totalisent 61 députés, ce qu’aucun sondage ne valide !

EDIT : Lapid a clarifié ses propos aujourd’hui même, en disant qu’il ne rejoindrait par Bibi sans haTénoua et Avoda. Il semble donc que Bibi n’aura pas le choix que de former une coalition avec ses alliés naturels Bayit YehudiShas et éventuellement Yahadut haTorah et Am Shalem.

English: Knesset Israel 61 years. עברית: מליאת...

Knesset Israel 61 years (Photo credit: Wikipedia)