Archive

Posts Tagged ‘likoud’

La construction de la coalition gouvernementale a commencé

20 février 2013 Laisser un commentaire

Avec des jours de tractations, de réunions entre représentants des partis politiques, de petites déclaration aux médias et de rumeurs adroitement glissées, la première vrai nouvelle sur la constitution du prochain gouvernement est enfin tombée.

Tzipi Livni et son parti HaTénou’a sont les premiers à rejoindre Netanyahou.

Non vous ne revez pas.

Elle sera ministre de la justice, comme au temps de Sharon en 2004-06. Elle sera responsable des négociations avec les arabes, comme au temps de Olmert en 2006-09. Bref, de grandes expériences ouvrant la voie à des réussites prometteuses…

Déception à droite

Bien évidemment, l’ensemble de la droite israélienne est outrée et doit subir, une fois de plus, la trahison de son chef. Livni n’a fait campagne que sur un seul thème : un accord de paix avec les palestiniens, et n’a obtenu que six sièges sur 120. A peine plus que le parti communiste arabe anti-sioniste, Hadash. Mais, c’est elle que Netanyahou a choisi, pourquoi ?

Les Haredim, plutôt que les jeunes prometteurs

Netanyahou ne veut pas du couple Lapid-Bennet. A eux deux, leurs partis Yesh ‘Atid (centre) et Bayit Yehoudi (droite, sionistes-religieux) ont exactement le même de députés que Bibi, soit 31. A trois, ils auraient formé une courte majorité mais Netanyahou redoute plus que tout que l’un deux quitte le gouvernement et pousse à des élections prématurées. Il est prêt à tout pour conserver son poste le plus longtemps possible et l’a montré depuis son grand retour en 2009.

Netanyahou préfère l’alliance de 36 ans que le Likoud a avec Shas car les haredim le laissent faire ce qu’il veut en matière diplomatique et sécuritaire.

Knesset du 22 janvier_2013

Knesset du 22 janvier_2013

Les coalitions potentielles au 20 février 2013

Il ne fait plus aucun doute que Shas sera le prochain à rejoindre Bibi. Les trois leaders du parti séfarade avaient déjà déclaré avant les élections qu’ils souhaitent rester au gouvernement si le Likoud l’emportait, comme tous les sondages le prédisaient. Un récent rapport cité par Channel 10, donne Yishai, ministre de l’industrie, Attias, ministre des affaires sociales , et Deri, ministre de l’eau et de l’énergie.

Ensuite je vois deux scenarii :

  • 68 députés : Likoud+Livni+Kadima+Haredim+Bayit Yehoudi.  Mofaz et Yahadout haTorah joignent naturellement le gouvernment car ils sont tous deux idéologiquement identiques à, respectivement, Livni et Shas. Bennet pourrait difficilement prendre le risque de se faire doubler par Yesh ‘Atid ou ‘Avoda (travaillistes). Lapid peut plus facilement refuser et dirigier l’opposition en attendant son heure.
  • 80 députés : Likoud+Livni+Shas+Bayit Yehoudi+Yesh ‘Atid. Lapid et Bennet finissent par trouver un accord avec Netanyahou et forment avec Shas une large coalition que j’estime la plus probable. Aucun des partis ne peut renverser seul le gouvernment. Sans Livni, Netanyahou ne pourrait pas se protéger du départ de Lapid et donc d’être ostraciser par les occidentaux comme un gouvernemnt trop à droite. Livni est la Barak de 2013.
Publicités

Résultats officiels des élections israéliennes et les gagnants-perdants

27 janvier 2013 Laisser un commentaire
Knesset du 22 janvier_2013

Knesset du 22 janvier_2013

Comparaison entre la moyenne des derniers sondages parus en janvier 2013 et les résultats de la 19ème Knesset

Comparaison entre la moyenne des derniers sondages parus en janvier 2013 et les résultats de la 19ème Knesset

Les gagnants

  • Yesh ‘Atid : Yaïr Lapid dispose d’un levier important pour négocier un poste et des promesses de lois auprès de Netanyahou. Les instituts de sondages avaient parfaitement prévus les résultats de tous les partis sauf celui-ci, car ils avaient surestimé ceux des trois principaux (Likoud, Bayit Yehoudi et travaillistes) au détriment du nouveau venu centriste. Une étude a justement montré que 40% de ses électeurs avaient choisi Yesh ‘Atid dans les trois jours précédent leurs votes !
  • Bayit Yehudi : Bien que son score soit inférieur aux attentes, il quadruple son nombre de députés et pourra donc faire mieux entendre ses propositions : construire en Judée-Samarie et « étendre la souveraineté israélienne » dans la zone C recouvrant 60% de la (malnommée) Cisjordanie, renforcer l’armée, faire valoir le caractère juif de l’état d’Israël, nommer des responsables sionistes-religieux au lieu de haredim au Rabinnat et donner plus de flexibilité au rabbins locaux dans les mariages et conversions, entre autres.
  • Netanyahou : Si son parti a perdu 11 sièges (7 si on n’exclut ceux étant de Yisrael Beitenou avec qui il a fusionné les listes), lui sera premier ministre pour la troisième fois. Un record depuis Ben Gourion !
  • Meretz : En passant de 3 à 6 députés, le parti de Mme Gal-on montre qu’il existe encore une place pour le sionisme de gauche. Mais aucun grand parti ne veut faire de coalition avec eux. Il reste dans l’esprit de la majorité d’israéliens un parti de bobos (riches) urbains (Tel-Aviv) utopiques (Oslo) et mangeurs de sushis.

Les perdants

  • Likoud-Beitenou : la fusion n’a pas apporté les 40-45 sièges espérés mais a tout de même assuré à Bibi d’avoir de loin le plus gros parti.
  • Livni : le one-woman-parti qu’elle a formé suite à sa défaite à la primaire de Kadima a récolté autant de voix que Meretz et même moins que les orthodoxes ashkénazes ! Si elle sauve la face en prenant un poste secondaire dans le gouvernement de Netanyahou, elle perdra, à mes yeux, le peu d’estime que j’avais pour elle.
  • Kadima : quasiment réduit à néant, Olmert a surement chargé Mofaz de faire survivre le parti pour préparer son retour en 2017. Pathétique.
  • Aravim vé ‘haredim (arabes et juifs « ultra-orthodoxes ») : malgré leur natalité supérieure, leurs partis ont obtenu le même nombre de sièges à cause d’une faible absention chez les juifs laïques. Le parti haredi ashkénaze a tout de même surpris en gagnant 2 sièges de plus que les 5 qu’il occupe actuellement.