Archive

Posts Tagged ‘West Bank’

Netanyahou doit désormais être considéré comme de gauche

18 juillet 2013 1 commentaire

Au moins concernant le « processus de paix ».View of Beitar Ilit, Israel

Un indicateur clair est le nombre de constructions au delà de la fameuse ligne verte d’armistice de 1949-67. Même les gouvernements travaillistes avaient continué à construire régulièrement dans les grandes implantations de Judée et Samarie.

Mais Netanyahou, depuis son grand retour en 2009 au poste de Premier Ministre, a construit moins que ces prédéceseurs de gauche ! Et meme quand le premier trimestre 2013 est meilleur que le précédent, et même lorsque de nouvelles annonces de constuctions de logements fortement attendues par les familles nombreuses de sionistes-religieux sont annoncées, il ne s’agit que des grandes villes se trouvant SUR la ligne verte.

Modi’in et Beitar Ilit seront dans les frontières d’Israël quel que soit l’accord final avec les arabes palestiniens.Par contre les implantations sur les collines de Samarie et dans la vallée du Jourdain, si précieuses pour la sécurité du centre du pays, sont oubliées voire démantelées. Netanyahou a désormais, et de façon répété, prouvé qu’il n’était plus de la droite classique dite « révisioniste » mais plutôt de la gauche travailliste « osloïène ». Espérant que l’influence de Bennet et de la droite du Likoud puisse changer cela durant son mandat. Par exemple, le « Land of Israel Caucus » qui regroupe les parlementaires défendants les communauté juives en Judée-Samarie compte 50 membres sur 120 députés.

Publicités

Interview de personnalités pro-annexation de la Judée-Samarie

Yehouda Shenav

Yehouda Shenhav

Extrait extraordinaire de cet interview de Yehouda Shenhav faite par Haaretz datant de 2010 mais toujours d’actualité :

In my book I quote Uri Elitzur, who says, ‘You [the left] expelled the Palestinians in 1948, did not allow them back, established settlements on all their villages and afterward built the separation fence, and then you come to us with complaints, even though we have not destroyed even one village in the West Bank – not even one – to build a settlement. The 1967 paradigm is intended to make it possible for the left to live in Tel Aviv and feel good about itself […]

Le début de l’interview concerne un certain Moshe Arens :

The speaker is from the Betar movement, a former top leader in Likud and political patron of Prime Minister Benjamin Netanyahu and a former defense and foreign affairs minister – Moshe Arens.

Attention, cet article peut vous faire changer radicalement d’avis sur le sujet !

Le Fatah célèbre le terrorisme plutôt que la paix et l’indépendance

Le 2 janvier, le Fatah a tenu une grande parade festive à Dehaisheh en Judée. Faux-missiles et vrais kalachnikovs étaient exhibés dans une ambiance familiale décontractée.

Il s’agirait du 48ème anniversaire. Pas de l’établissement du Fatah, mais du permier acte terroriste anti-juif : une bombe posée près d’un réservoir d’eau israélien en janvier 1965 (Caroline Glick remarque avec justesse que le Fatah n’a pas été créé en 65 mais en 57).

Cela en dit long sur celui que la « communauté internationale » qualifie de président modéré et pro-paix.

Logo

Logo « 48 » du Fatah avec la carte de tout Israel (sauf le Golan) revendiquée comme palestinienne

26 juillet 2012 2 commentaires
There will be no two-state solution. The world must accept that we won’t budge, and learn to live with the status quo.
Lire la suite de l’article de Dani Dayan, chairman du Conseil des communautés juives de Judée-Samarie.

Que cache la volonté de Fayyad de former un gouvernement avec le Hamas ?

24 février 2011 Laisser un commentaire

Alors que les évènements en Libye (2000 morts aux dernières nouvelles) laisse la majorité des pays pantois, Fayyad surprend en annonçant la formation d’un gouvernement d’unité nationale avec le Hamas. Ce dernier a démentit à demi-mot mais cette tentative pourra s’avérer etre la bonne.

Salam Fayyad

Salam Fayyad

Ce gouvernement serait dirigé par Fayyad, l’actuel premier ministre de l’Autorité Palestinienne, un technocrate jamais élu, formé aux Etats-Unis, apprécié des occidentaux mais peu populaire parmi les arabes. Il ne serait que temporaire dans l’attente de la tenue d’élections nationales (qui auraient du avoir lieu le mois dernier).

 

La prise de controle par la force de la bande de Gaza par le Hamas, son refus de reconnaitre Israel, de renoncer à la violence, et de participer à toute élection organisée par Abbas a pour l’instant bloquer toute tentative de réconciliation entre les deux grands partis palestiniens. La seule condition demandée par Fayyad serait que le Hamas cesse toute attaque contre Israel (notamment les tirs de roquettes et mortiers). En échange, le mouvement islamique pourrait garder le controle de Gaza jusqu’au résultat des élections. Pour marquer l’évènement des terroristes gazaouis n’ont pas manqué de tirer le premier Katyusha sur la plus grande ville du Negev, Be’er Sheba.

Fayyad, comme le reste du Fatah, ne peut plus compter sur l’Egypte qui a tenté jusqu’à aujourd’hui de jouer le médiateur entre Fatah et Hamas, a peur que les Frères Musulmans ne prennent le controle de l’Egypte ou plus vraisemblablement, occupe des positions influentes dans le nouveau régime. Gaza serait alors définitivement perdue aux yeux du Fatah et rien n’empecherait les islamistes de progresser aux prochaines élections qu’Abbas voulait organiser en septembre dans les zones A et B de Judée-Samarie.

Le ridicule qu’a subit l’AP avec la divulgation de nombreux documents diplomatiques avait également terni une image qu’un gouvernement neuf pourrait redorer.

Enfin, Fayyad met depuis longtemps en avant son pragmatisme et une approche « de bas en haut », c’est-à-dire la construction d’institutions et d’infrastructure locales nécessaires à un état pour fonctionner. Il pourrait donc s’agir d’une manoeuvre pour l’installer au pouvoir et y rester !

Les conséquences pour Israel sont plutot positives à mon sens :

  • légitimité retrouvée pour l’AP car depuis plusieurs semaines, Abbas est un leader dont le mandat a expiré ;
  • clarification de la situation actuelle où l’AP n’avait purement et simplement pas le controle sur plus d’1/3 de sa population ;
  • la présence d’élements extremistes (Hamas) au sein meme du gouvernement palestinien appuyera Israel quand elle déclarera ne pas avoir d’interlocuteurs crédibles et/ou conciliants.
Catégories :Gaza, Israel, Processus de paix Étiquettes : , , , , ,